L’Amiens SC est reparti comme en septembre

Kakuta Amiens SC
Eddy Lemaistre/FEP/Icon Sport

En chute libre avant la trêve, avec quatre défaites l’ayant fait reculer au septième rang, l’Amiens SC a repris sa marche en avant durant la Celebration Week en ramenant quatre points de ses déplacements à Valenciennes et Laval. De quoi envisager le meilleur pour 2023 et une deuxième partie de saison aux allures de marathon ? 

Une série noire interrompue

Quatre points et on oublie tout ? A l’exception d’une entame de match plutôt poussive à Valenciennes, l’Amiens SC a plutôt bien négocié l’inédite semaine de compétition pendant les fêtes. Après un duel dans le Nord, au lendemain de Noël, où ils ont donné le sentiment de monter en puissance, les Amiénois n’ont fait qu’une bouchée d’une faible et décimée équipe de Laval pour conclure 2022 sur une bonne note. « On savait qu’il fallait être dans la bataille mais que l’on devait pouvoir s’appuyer sur notre maîtrise collective qui était plutôt pas mal à Valenciennes. On met trois buts, on n’en a pas pris. On a ouvert le score alors que depuis cinq matches, on est mené tout le temps, rappelait Hinschberger après le succès en Mayenne. Je suis content parce que ces deux déplacements nous ramènent quatre points, ça fait une belle semaine et surtout, ça repositionne l’Amiens SC au moment d’aborder 2023. »

En mettant fin à sa série de matches sans victoire en championnat (5), l’Amiens SC est effectivement remonté au quatrième rang, à portée de tir du podium et notamment de Bordeaux, l’un de ses futurs adversaires, actuel deuxième avec quatre unités d’avance sur les Picards. « C’est ce qui est paradoxal et qui doit alarmer les gens. Ils doivent se dire « ils ont eu une série moins bien, mais ils arrivent toujours à rester au contact ». Il faut que ça donne de la réflexion aux gens qui ont l’habitude de vite désespérer quand on perd un ou deux matches, glisse Jérémy Gélin. On a fait une bonne opération, un bon match, c’est très positif, il y a des choses qui ont rassuré tout le monde mais maintenant il va falloir continuer, prendre des points contre Guingamp mais aussi à Bordeaux qui est un concurrent direct pour la montée. »

Kakuta, une greffe qui prend

Et pour tenir la cadence, l’Amiens SC peut compter sur un Gaël Kakuta auteur d’une semaine XXL avec deux buts et une passe décisive à son actif, en plus d’une influence grandissante sur le jeu collectif. « En ce moment, il élève largement son niveau de jeu parce qu’il commence à être dans sa forme physique, précise son entraîneur. Quand on l’a récupéré, il n’avait pas joué depuis le mois de mars, pratiquement. Ce n’était pas si facile que ça. Peut-être que je l’ai introduit un peu trop vite dans l’équipe, j’aurais dû faire plus attention avec lui. » Comme le reste de l’équipe, le meneur de jeu congolais a finalement profité de la coupure pour panser ses plaies et parfaire son intégration au sein du vestiaire. « La trêve m’a permis de bien travailler et aussi de bien analyser mes coéquipiers, confie le principal intéressé. Physiquement tout va bien, je suis plus libéré et ça me permet de faire des courses. Le nouveau système me permet aussi de jouer entre les lignes et de varier mon jeu pour embêter encore un peu plus l’adversaire. »

En plus d’être une vraie solution pour ses coéquipiers. A commencer par Antoine Leautey, à la passe décisive pour Gaël Kakuta à Laval. « Il monte en puissance, il nous apporte de la confiance et il suscite de la crainte chez l’adversaire, constate le piston droit de l’Amiens SC. Jouer avec un joueur me laisse bien évidemment plus d’espace. Et quand on a un joueur comme Gaël, on ne va pas se mentir, il faut s’adapter à lui. » Et c’est justement ce que Philippe Hinschberger a fait en lui offrant un rôle neuf et demi dans son 3-5-2 lui permettant d’être le point d’ancrage de quasiment toutes les actions offensives, tout en limitant sa participation aux tâches défensives. Et s’il n’y a de dépendance qu’aux excellents joueurs, l’Amiens SC doit désormais s’atteler à entourer du mieux possible son numéro 96.

C’est désormais le chantier à l’ordre du jour sur ce début d’année 2023, avec en toile de fond l’objectif d’entretenir une dynamique pérenne et ainsi s’affirmer comme un sérieux prétendant à la montée. 

Romain PECHON

Le bilan complet (avec comparatif xG) : 

VAFC – Amiens : 1-1 (1,91 xG – 1,81 xG)

Laval – Amiens : 0-3 (1,58 xG – 1,48 xG)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *