L’Amiens SC décroche un nul quasi miraculeux

©PHOTOPQR/LA NOUVELLE REPUBLIQUE/ BOUTIER JEAN ANDRE/MaxPPP

Pour son dernier match avant la première trêve internationale de la saison, l’Amiens SC a rendu une très pale copie synonyme de partage des points (0-0), ce samedi à Niort. Dans la lignée de leurs dernières sorties, les Picards ont manqué cruellement de qualité pour espérer un meilleur résultat.

Un seul éclair de Badji

Les rencontres se suivent et se ressemblent pour l’Amiens SC. Une semaine après un match nul et vierge à domicile contre Sochaux, les hommes de Philippe Hinschberger ont encore une fois été bien trop limités pour espérer signer leur deuxième succès de la saison. Pourtant, l’entame de match était plutôt encourageante avec du dynamisme symbolisé par la tentative lointaine et hors cadre de Fofana (4e). Et après un premier quart d’heure majoritairement dans le camp adverse, sous les yeux de leur entraîneur en tribune, les Amiénois n’eurent de cesse de reculer et de laisser l’initiative à leurs adversaires.

Dans le sillage du remuant Boutobba, Niort commençait donc à s’approcher des buts de Gurtner, qui captait sans souci une frappe à mi-hauteur de Benchamma (18e) sur le tout premier tir cadré du match. Faisant sa grande première à la pointe de l’attaque amiénoise, Badji était quant à lui trop court pour couper la trajectoire du centre tendu de Badji (22e). La seule incursion nette dans la surface de réparation de Braat au cours de la première période. A l’inverse, Niort se montrait de plus en plus pressant jusqu’à ce que Gurtner réalise un arrêt réflexe sur sa ligne pour empêcher Merdji d’ouvrir le score (38e).

Plombé par d’innombrables imprécisions techniques dans la phase de construction, Amiens était pourtant tout proche du coup parfait peu avant l’heure de jeu. Trouvé dans la surface de réparation par Papeau, Badji crochetait son adversaire avant d’expédier sa tentative sur la barre transversale (59e). De quoi refroidir les ardeurs des Chamois durant un bon quart d’heure, tandis que les visiteurs semblaient trouver leur second souffle au gré des entrées en jeu de Gomis, Tolu, Diakhaby et Ciss. C’était avant que Niort ne hausse le ton en toute fin de rencontre, Mendes butant à deux reprises sur un grand Gurtner (79e, 88e), qui sortait d’un très mauvais pas un tout petit Amiens. Le tout avant d’accompagner du regard un ballon heurtant sa barre après avoir été contré par Ciss (89e).

Auteur d’un tout petit match, avec au final aucun tir cadré à dénombrer, l’Amiens SC peut s’estimer heureux de ne pas rentrer en Picardie avec sa quatrième défaite de la saison. Avec seulement cinq points au compteur après six rencontres, le club de Bernard Joannin affiche tout simplement le même bilan qu’à pareille époque la saison dernière. De quoi pointer à une très triste quinzième place. De quoi espérer des renforts d’ici mardi soir, date de clôture du mercato d’été.

De notre envoyé spécial Romain PECHON à Niort

NIORT – AMIENS SC : 0-0 (0-0)

6ème journée de Ligue 2 BKT

Stade René Gaillard, Niort

Arbitre : M. Varela

Avertissements : Cassubie (54e), Yangwa (90e) pour Niort ; Alphonse (55e)

NIORT : Braat – Cassubie, Passi, Conte, Yangwa – Louiserre (c.), Benchamma (Doukansy, 78e) – Bouttoba, Renel, Zemzeni (Mendes, 64e) – Merdji

Remplaçants : Louchet (g.), Doukansy, Lebeau, Mendes, Cissé

Entraîneur : Sébastien Desabre

L’Amiens SC doit impérativement engranger à Niort

AMIENS SC : Gurtner – Alphonse, Mendy, Fofana, Sy – Fofana (Ciss, 72e), Lachuer, Lusamba (c.) – Papeau (Gomis, 64e), Badji (Tolu, 64e), Akolo (Diakhaby, 64e)

Remplaçants : Thuram (g.), Monzango, Xantippe, Gomis, Ciss, Tolu, Diakhaby

Entraîneur : Philippe Hinschberger

6 Commentaires

Commenter
  1. l équipe d’ Amiens inexistante. face à une équipe très modeste. Manque d agressivité, de précision dans les passes, pas de régulateur au milieu, absence totale d ailiers de débordements, je suis très inquiet sur l avenir , car AMIENS ce soir n était pas une équipe digne de la compétition en ligue 2..
    je
    .

  2. Pauvre Hinschberger , dans quelle galère il s’est mis alors qu’il était si bien à Grenoble , il aurait du venir avec ses joueurs

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.