Kevin Danso (RC Lens) : « On regardera les points à la fin de la saison »

RC Lens
Anthony Dibon / Icon Sport

Revenu de sélection après une trêve internationale où il a disputé un match avec l’Autriche, Kevin Danso ne veut pas se focaliser sur le classement actuel du RC Lens ni sur les adversaires à venir.

Que retenez-vous de votre trêve internationale avec l’Autriche ?

Je suis en bonne forme. Nos deux matches n’ont pas été une réussite mais le deuxième a été pas mal, on aurait mérité de gagner. On a eu des occasions de prendre l’avantage mais contre une équipe comme la Croatie, c’est difficile. Je me sens bien, je suis très heureux d’être de retour et je suis prêt pour dimanche.

Est-ce difficile de se remettre la tête au championnat ?

Ce n’est pas dur du tout, c’est normal, ça arrive pratiquement à tous les mois à partir de septembre. Tout le monde y est habitué, on est un vrai groupe, on est ensemble depuis plus d’un an et ça fait partie du processus. Notre objectif est clair, il ne bouge pas. Pour moi, ce n’est pas difficile, je suis déjà concentré sur le match du week-end.

Comment aborde-t-on ce genre de match contre une grosse équipe ?

Tout le monde sait que Lyon est une grosse équipe et c’est une des meilleures équipes cette saison, même s’ils n’ont pas gagné les derniers matches. Je trouve qu’ils jouent un super football. Ce sera un bon match durant lequel on devra être concentré parce qu’ils ont beaucoup de joueurs de qualité. Ce sera facile de se concentrer juste sur le match. On est concentré à 100% là-dessus pour essayer de gagner, surtout devant nos supporters.

C’est le début d’une séquence de sept matches avant le Mondial…

C’est un match comme les autres, peu importe combien il en reste avant la coupe du Monde. On se concentre juste sur celui-là, pas sur le nombre de points à prendre avant la trêve internationale. Regarder le nombre de points que l’on a pris, c’est trop, je veux juste me concentrer sur le match qui arrive, on regardera les points à la fin de la saison, parce que c’est là où ça importe le plus.

Votre capacité à aller vers l’avant est-elle naturelle ou est-ce une demande du coach en raison de l’absence de Jonathan Gradit ?

C’est vraiment dommage que Jonathan soit blessé parce qu’on a une connexion à trois derrière et il nous manque ses qualités. Dans cette situation, on doit prendre plus de responsabilités, c’est le travail de chacun et vu qu’il ne joue pas, cette qualité à porter la balle, il faut la remplacer et c’est une opportunité pour moi. Il nous manque mais peu importe qui joue à sa place, on lui fait confiance pour prendre les trois points parce que c’est ce qui compte.

Avoir deux cartons jaunes vous incite-t-il à être plus prudent ?

Non. Je joue chaque match en défendant à 100%. C’est toujours difficile de se dire de jouer un match en étant précautionneux. On se concentre sur chaque ballon, pas sur les cartons. J’essaye de défendre le plus intelligemment possible, bien sûr, pour éviter de faire des fautes, mais c’est une généralité, ce n’est pas à cause des cartons. Si je suis trop précautionneux, ça donne l’avantage à l’attaquant.

Comment vous gérez-vous physiquement ?

C’est la réalité du football, il y a de plus en plus de matches qui sont de plus en plus rapprochés. Il faut faire en sorte de bien récupérer pour être en forme pour le prochain match. Les blessures arrivent le plus souvent quand tu es fatigué et il faut faire ces petits extras pour récupérer et être à 100% pour chaque match.

Qu’aimez-vous savoir avant un match ?

Je veux juste savoir ce sur quoi on doit travailler et ce que j’ai bien ou pas bien fait au match précédent. On a des vidéos sur les attaquants chaque semaine, on les regarde, on regarde comment l’équipe adverse joue pour savoir ce qu’ils font. Tout le monde est très bien préparé et c’est très facile parce que le staff nous donne les informations. On joue chaque match en étant prêts à 100%.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *