Julien Le Cardinal (RC Lens) : « On peut dire que c’est un rêve ! »

Le Cardinal RC Lens
Johnny Fidelin/Icon Sport

Recruté en tant que joker pendant la longue trêve internationale, Julien Le Cardinal a fait ses premiers pas avec le RC Lens pendant la Celebration Week en entrant en jeu face à l’OGC Nice. Après avoir mis du temps à percer en professionnel, le nouveau piston droit artésien savoure ses premiers pas avec les Sang et Or. Entretien.

Julien, comment s’est passée votre intégration au RC Lens?

Ca s’est très bien passé. Mes coéquipiers m’ont bien accueilli, ça a été super. Ca n’a pas été compliqué de s’intégrer avec un groupe comme ça. Je n’ai fait que trois minutes en Ligue 1, ça s’est bien passé, j’ai essayé de faire simple mais c’était bien.

Est-ce forcément un niveau au-dessus de ce que vous avez connu jusqu’ici ?

Les infrastructures sont top, je n’ai jamais connu ça. On a tout à disposition, on est mis dans les meilleures conditions. A l’entraînement, il y a plus d’exigence, l’intensité est différente aussi. Il faut s’adapter à ça.

C’est un sacré bond en avant pour vous…

On peut dire que c’est un rêve ! Il y a quatre ans, je rêvais d’être simplement professionnel et aujourd’hui être dans ce club, c’est magique. Je n’aurais pas pensé à ça. Je prends tout ce qu’il y a à prendre.

On imagine que les parcours de Jonathan Gradit et Florian Sotoca doivent être inspirants…

Il faut persister, ne pas baisser les bras, travailler. C’est ce que j’ai fait. Dans la vestiaire, on m’a mis à côté de Florian (Sotoca) et il m’a tout de suite très bien intégré, mais il n’y a pas que lui.

Malgré votre parcours, avez-vous toujours rêvé d’être professionnel ?

A un moment donné, j’avais un petit peu lâché. Je me concentrais sur le travail et pouvoir vivre, il fallait bien ramener un salaire. C’est vrai que j’ai mis le foot de côté à un moment mais mon ancien coach à Saint-Brieuc m’a redonné ma chance. Après ça, j’ai continué à y croire. Tout est allé très vite. Quand j’ai signé à Bastia, je ne pensais pas que ça irait si vite. Tout s’est très bien passé chaque année. On est monté en deux ans et je ne pensais pas que ça irait à cette vitesse.

Comment vous sentez-vous au sein du groupe du RC Lens ?

Il faut toujours s’adapter à des entraînements qui sont différentes, à l’intensité, à l’exigence de la Ligue 1. Je me sens bien. Les gars m’ont très bien intégré, m’ont aidé à être vite performant à l’entraînement. Je me sens très bien ici.

Propos recueillis par Enzo PAILLOT avec Adrien ROCHER

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *