Julien Le Cardinal (RC Lens) : « Je suis quand même chez le deuxième de Ligue 1 ! »

rc lens le cardinal
Franco Arland/Icon Sport

Dernier renfort en date du RC Lens, Julien Le Cardinal profite de l’actuel stage de préparation à Marbella (Espagne) pour prendre ses marques avec son nouveau club. Encore amateur il y a peu, le polyvalent défenseur mesure l’ampleur de sa progression mais aussi de la tâche qui l’attend dans l’Artois.

Sa fierté de signer au RC Lens

« Je suis content du parcours que je suis en train de réaliser, même s’il reste encore beaucoup d’étapes à franchir. Je me revois encore lorsque j’étais footballeur amateur, je pense à toutes les galères passées. Si vous m’aviez dit ça, il y a cinq ans, je vous aurai pris pour un fou ! Le plus dur, c’était de devoir se lever à 4 h du matin, quand j’étais cariste chez AGL (Armor Global Logistics) à Plaintel. J’ai fait ça pendant un an. Quand j’y repense, je mesure la chance que j’ai de vivre aujourd’hui de ma passion. Je vais continuer à vivre normalement, sans rien changer. Mes potes seront toujours les mêmes. Il y aura peut-être un peu plus de médiatisation, on verra. Mais je resterai celui que j’ai toujours été. Je ne me prends pas la tête. »

Ses premiers pas avec son nouveau club

« C’est la première fois que je pars en stage à l’étranger. Là-bas, il fait entre 15 et 16 degrés, mais je n’ai pas le temps de visiter (sourire). Ce qui change, c’est surtout de ressentir le haut niveau. Je m’entraîne, je fais la sieste, je me réentraîne, je me couche tôt. J’ai besoin d’énergie. La qualité est différente. Je suis quand même chez le deuxième de Ligue 1 ! Il y a plus d’exigence, plus d’intensité. Et comme à chaque fois qu’on arrive dans un club, il faut s’adapter à une nouvelle façon de travailler. »

Une première apparition samedi ?

« Samedi, on joue contre Montpellier, avant de rentrer le lendemain. J’espère que ce seront mes grands débuts. Je viens plutôt pour jouer piston même si le coach sait que je peux aussi jouer dans l’axe. »

L’entretien complet chez nos confrères du Télégramme

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *