Joseph Oughourlian (RC Lens) : « Toutes les violences viennent du parcage lillois »

Joseph Oughourlian RC Lens
FEP/Panoramic/Imago

A l’occasion d’un entretien accordé à BFM Business, Joseph Oughourlian s’est exprimé pour la toute première fois sur les incidents ayant émaillé le derby du Nord le week-end dernier et débouchant sur les deux huis clos à titre conservatoire décidés par la commission de discipline de la LFP. Estimant que les actes de violence sont le fruit du parcage adversaire, le président du RC Lens ne comprend pas les sanctions prises à l’égard de son club.

Les violences viennent des supporters du LOSC

« On est très dur et très ferme avec les envahissements de terrain, il est clair pour moi qu’un terrain de football est sacré et que les supporters ne peuvent pas rentrer dessus. Mais on ne peut pas comparer les incidents à Nice ou à Angers avec ce qu’il s’est passé à Lens le week-end dernier. Ce sont deux mondes différents. Nos supporters sont rentrés sur le terrain parce qu’ils ont vu la tribune familiale être attaquée par des blacks blocs et des gens sortis de je ne sais où qui étaient dans le parcage lillois. Ils ont eu la première réaction de supporters d’un club familial, à savoir aller défendre les autres supporters. Ensuite, la police a repris le dessus, les choses sont rentrés dans la normale au bout de quatre minutes. Toutes les violences viennent du parcage lillois. Et c’est nous, le club de Lens, qui a été sanctionné. Certes, une centaine de personnes descendent sur le terrain mais il n’y a pas de violence de ce côté-là, si ce n’est retardé la reprise du match. A aucun moment il n’y a eu de problème au niveau de l’intégrité des joueurs ou des arbitres. »

Lens plaide pour des sanctions individuelles

« Je m’inscris dans la continuité des propos de Madame la ministre des Sports qui a dit qu’il fallait éviter les sanctions collectives et se concentrer sur les sanctions individuelles. Je pense qu’il y a un certain nombre d’individus qui n’ont pas leur place dans les stades de football. Il faut les identifier et les sortir. Ce n’est pas parce qu’ils se comportent très mal qu’il faut empêcher à plus de 35 000 personnes, à Lens, de venir au stade et de faire la fête. On retrouve l’ambiance chaleureuse et familiale qui est notre ambiance à Lens. On nous condamne nous, c’est la sanction collective, à jouer à huis clos. Je trouve ça aberrant, car c’est un non-justice. J’espère que la commission de discipline appréciera que les circonstances sont très différentes. On va identifier les gens qui sont entrés sur le terrain et on prendra des sanctions exemplaires. Les gens les plus violents seront radiés des stades. On fait notre boulot d’organisateur de spectacle privé. Maintenant, il y a une partie qui revient à l’ordre public. En France, c’est l’organisateur du spectacle privé qui trinque pour des problèmes d’ordre public. On souhaite que justice soit faite et que des sanctions soient prises. On veut que ces sanctions soient abandonnées pour des sanctions plus individuelles. Il ne faut pas que les 35 000 personnes présentes à Bollaert souffrent à cause de ces gens-là. »

Source : BFM Business

Partagez cet article Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin

S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires