José Fonte (LOSC) : « Une deuxième mi-temps comme ça, ce n’est pas acceptable »

José Fonte
Philippe Lecoeur / FEP / Icon Sport

Si le LOSC s’est offert un joli succès face à Lorient (3-1), le capitaine José Fonte s’est montré passablement énervé par la prestation réalisée par les Lillois lors du second acte de la rencontre. Entretien.

Votre président a insisté sur l’état d’esprit de la seconde période qu’il n’a pas apprécié, rejoignez-vous sa pensée ?

Bien sûr. A la fin du match, on a parlé de ça. On est évidemment content avec la victoire et les trois points mais une deuxième mi-temps comme ça, ce n’est pas acceptable. Je suis très énervé de notre deuxième mi-temps. On a parlé et il faut entendre que ce n’est pas acceptable.

Comment l’expliquez-vous ?

Peut-être qu’on a commencé à penser à Brest et qu’il y avait du relâchement mais le goal-average c’est important et si tu as l’opportunité de marquer quatre, cinq ou six buts, c’est la meilleure manière de respecter l’adversaire. Il faut continuer à chercher à marquer. On n’est pas content de ça.

Ce discours est-il une simple piqûre de rappel ?

C’est préventif, mais c’est aussi parce que cette situation s’est déjà produite à plusieurs reprises. On a pris plusieurs fois des buts en fin de match à cause de relâchement et parce qu’on ne faisait plus les efforts défensifs. Il faut bien avoir conscience que ce n’est pas acceptable. Quand tu mènes 3-0, le match doit être fini. Tu dois avoir le « clean sheet », aller chercher un quatrième but si possible mais jamais tu ne dois prendre un but.

Avez-vous pris la parole dans le vestiaire après le match ?

Oui. Le ton est monté, c’est normal. Le brassard, ce n’est pas que du style sur le terrain, c’est aussi des responsabilités et dire les choses, la vérité.

Au classement, vous êtes presque revenu à votre place avec ce succès…

Il faut réussir à être constant, je crois que l’équipe est bien en ce moment et comprend bien les objectifs fixés. La situation est celle-là. On a du retard, il faut gagner des matches, il ne faut pas de relâchement. On doit gagner tout le temps. A Brest, il y aura une autre occasion d’aller prendre les trois points pour remonter au classement et se rapprocher du podium.

Propos recueillis par Arthur LASSERON

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.