Jonathan David (LOSC) : « Tous les joueurs ont faim »

Jonathan David LOSC
Franco Arland/Icon Sport

Double buteur cet après-midi contre Troyes, Jonathan David augmente son compteur de réalisations en Ligue 1. Positionné derrière Mohamed Bayo, le Canadien a pleinement trouvé sa place avec une excellente prestation. Entretien.

Jonathan David, Mohamed Bayo s’exprime enfin…

Ouais, je pense qu’on est tous les deux contents. On a remporté les trois points et c’est une journée parfaite.

C’était un peu particulier, car Mohamed Bayo était en pointe et vous étiez décroché. Était-ce un peu ça les consignes de l’entraîneur ?

C’était ça les consignes du coach, on a travaillé ça tranquillement. Aujourd’hui, on s’en est bien sortis.

En Belgique, vous tourniez un peu plus autour d’un attaquant qui jouait 9. Est-ce que ça vous a rappelé ça ?

Un peu, même si ça remonte à il y a longtemps. Mon rôle, c’est plus le côté droit, même si je peux bouger à l’intérieur. Les deux postes sont très similaires.

Vous vous rapprochez des places européennes en étant quatrièmes ex-aequo avec Monaco et Rennes. Êtes-vous à la place que vous imaginiez après 19 journées ?

Pour l’instant, nous sommes biens. C’est vrai qu’il y a des regrets par rapport à la première partie de saison, car on a perdu des points. Mais c’est bien d’être en haut de tableau et pouvoir faire une bonne deuxième partie.

Qu’est-ce que cela signifie lorsque vous êtes venu voir l’entraîneur et que vous avez formé un groupe ?

Je n’ai pas de grande explication. J’avais dit que si je marquais dans le match, je venais vers le banc.

Il y a une petite danse avec José…

C’était une célébration pour son fils qui nous avait demandé de faire cette célébration.

Pensez-vous que l’équipe s’est libérée après ces cinq buts ?

C’est sûr que ça nous fait du bien, car il y a longtemps qu’on n’a pas marqué autant de buts dans un match. Je pense que ça va nous aider sur les prochains, il faut rester concentrés et garder le même état d’esprit.

Entre les absences et la blessure d’Adam Ounas, mentalement, vous avez assuré…

On a un effectif très compétiteur, tous les joueurs ont faim. Si on a notre chance, les gens vont la saisir.

Après le Qatar, êtes-vous reparti sur des bases athlétiques et mentales plus fraîches ?

Maintenant, ça fait 3-4 matches que je commence à beaucoup jouer. Physiquement, je me sens très bien. Quand je marque, la confiance est haute.

Propos recueillis par Pavel CLAUZARD


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *