Jonathan Buatu (VAFC) : « C’est une compétition intéressante »

Jonathan Buatu
Maxime Le Pihif/FEP/Icon Sport

Pour son 32e de finale de coupe de France, le VAFC va défier un autre pensionnaire de Ligue 2 : le Paris FC. Pour Jonathan Buatu, cette compétition est très importante et mérite d’être jouée à fond. Entretien.

Est-ce compliqué de préparer un match de coupe dans ce contexte ?

Je ne pense pas que le départ de Gautier change quoi que ce soit à la préparation du match. Il a toujours été professionnel, n’a jamais parlé de son transfert et ce n’est pas comme s’il avait fait ressentir quelque chose au niveau du groupe. Ca ne change aucunement la préparation du match.

La Coupe de France vous parle-t-elle ?

On m’a toujours parlé de la magie de la Coupe de France avec des petits clubs qui arrivent à aller loin. J’ai déjà suivi un peu parce que j’étais en Belgique, c’est juste à côté ! Je sais que certains clubs de National ou CFA ont même fait des finales. C’est une compétition intéressante, ça se joue. En Belgique, les gros clubs jouent la compétition comme si c’était le championnat parce qu’il y a une place en Europe au bout et là-bas, c’est très difficile d’atteindre l’Europe. Les clubs ne font pas tourner.

La coupe peut-elle être un objectif ?

Tu joues chaque match à fond, tu ne commences pas à calculer en fonction de la compétition. Tu dois être concentré sur le match de coupe de vendredi, il n’y a pas de calculs à faire parce qu’on joue en championnat mardi. Ce n’est pas ma vision, je ne fonctionne pas comme ça. Joue ton match à fond, ne calcule pas.

Comment les choses se passent-elles pour vous ?

Au niveau du temps de jeu, je n’ai pas à me plaindre. J’essaye de faire de mon mieux, rendre la confiance que le coach me donne et faire de mon mieux pour progresser. Je suis dans un groupe très facile à intégrer, tout le monde a été super dès le début. Maintenant, il faut continuer pour atteindre les objectifs du club le plus vite possible.

Quels sont vos objectifs personnels ?

Comme toujours, jouer parce que si tu ne veux pas jouer, il y a un problème. Ensuite, c’est qu’on atteigne le maintien très vite. S’il y a plus, on ira le chercher parce que le club a les infrastructures et l’histoire pour être plus haut. Il ne peut pas rester en Ligue 2. Mais il faut d’abord décrocher le maintien, ensuite on verra. Je suis concentré sur ça. Je veux faire les meilleures prestations possibles.

Propos recueillis par Clément Rossi avec Adrien Rocher

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *