Joffrey Cuffaut (VAFC) : « On a pris une bonne vague »

Cuffaut VAFC
Anthony Dibon/Icon Sport

Touché la semaine dernière par le virus, le capitaine du VAFC, Joffrey Cuffaut, revient pour nous sur la situation assez atypique que vit le groupe professionnel depuis début janvier. Entretien.

Comment est la situation à l’entraînement et dans le vestiaire ?

On a été pas mal impacté ces derniers temps par le virus, même si on est sensibilisés par le staff médical, le docteur, et que l’on fait attention. On a pris une bonne vague depuis la reprise après le jour de l’an.

Après le déplacement à Nîmes, c’est cette fois la réception de Nancy qui est reportée

Il y avait plus de dix joueurs contaminés sur la liste des trente. Le club a donc eu la possibilité de reporter le match.

Comment vous vous organisez à l’entraînement ?

Ce n’est pas évidemment. Il y a des joueurs qui s’entraînent normalement, d’autres qui sont à l’isolement, d’autres qui sont de retour mais en distanciation. Ca fait un peu de joueurs à droite à gauche, pour travailler sur une séance complète avec tout le monde ce n’est pas évident, que ce soit pour nous, pour le staff ou pour le coach.

Vous allez vous retrouver avec une semaine à trois matches fin janvier, comment vous anticipez ça ?

Je pense que ça fait partie du haut niveau de pouvoir enchaîner les matches. Des semaines à trois matches, on en a déjà forcément fait dans notre carrière. On doit être en capacité de pouvoir le refaire. Ce match de Nîmes a été mis sur un week-end de coupe où nous ne sommes pas qualifiés, donc ça n’a pas trop d’impact.

Comment un sportif professionnel vit-il une période de trois semaines sans le moindre match ?

Je pense que quand on est resté une semaine à l’isolement, ça peut permettre à certains joueurs de se remettre d’aplomb. Ce n’est pas négligeable.

Le staff médical insiste-t-il sur le fait de vacciner les joueurs ?

Oui, après 95% de l’effectif est vacciné. Le protocole pour les vaccinés ou les non-vaccinés est le même. A partir du moment où tu as le virus, tu restes à l’isolement.

Personnellement, vous avez été impacté par le virus ?

Oui, j’ai été arrêté de lundi dernier à ce lundi. Même en étant vacciné, j’ai eu des symptômes. Il n’y a pas de miracle. J’ai repris lundi, après avoir fait des bilans, parce que j’ai eu des symptômes. Ca permet aussi de reprendre l’esprit un peu plus tranquille.

Cela fait que le mois de février se retrouve un peu plus chargé…

Il reste quatre mois maintenant, ça va aller très vite. Il ne va plus falloir s’arrêter en chemin, et il faudra prendre les points le plus rapidement possible.

Christophe Delmotte nous disait qu’il aimait avoir un groupe bien rempli pour justement pouvoir anticiper ces absences pour Covid, comment vois-tu la situation ?

De toute façon, avoir un effectif complet, et de qualité, c’est toujours plus appréciable. Maintenant, on se rend compte que même en faisant attention, en étant vacciné, on n’est pas à l’abri d’être sur la touche quelques jours et quelques semaines.

Propos recueillis par Arthur LASSERON

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.