Jocelyn Gourvennec (LOSC) : « On fait en sorte de ménager les organismes »

Jonathan David LOSC
FedericoPestellini/Panoramic/Imago

Comme lors de la précédente trêve internationale, Jocelyn Gourvennec va être pénalisé par les retours de sélection tardifs de Jonathan David et Timothy Weah. Le tout alors que Burak Yilmaz sera suspendu pour le déplacement à Clermont. Fataliste, le coach du LOSC pense avant tout à protéger l’intégrité physique des joueurs pour tenir sur l’ensemble de la saison.

L’impact de la sélection

« On avait sept matches en quatre semaines, là on en aura six. Les internationaux ne coupent jamais, et c’est un problème. Ils jouent beaucoup en clubs pour ceux qui sont dans un club qui joue l’Europe, ensuite en sélection où ils jouent parfois trois matches. Timothy et Jonathan viennent de jouer trois matches sur cette trêve, c’est énorme. Pour ceux qui sont restés là, il y a eu une phase où on a régénéré les organismes et l’aspect psychologique aussi. On travaille en petit groupe mais c’est intéressant parce qu’on prend le temps de faire des choses que l’on ne peut pas faire quand on joue tous les trois jours.

Gabriel Gudmundsson (LOSC) : « On a appris des choses du début de saison »

On verra comment Timothy a récupéré. Tant qu’on n’a pas revu les joueurs, qu’on ne sait pas comment ils se sentent, comment ils vont… Il a été titulaire deux fois mais est sorti en cours de match, et il a démarré sur le banc sur l’autre. Il n’a pas eu un temps de jeu énorme à la différence de Jonathan qui a beaucoup joué avec le Canada. Il faut toujours faire le point avec les joueurs quand ils reviennent. Quand un joueur est plus fatigué, on fait attention à ne pas le remettre de suite dans un entraînement normal. On est attentif à tout le monde et on fait en sorte de ménager les organismes. »

L’apport de Weah et David au LOSC

« Timothy apporte beaucoup de vitalité, c’est un garçon très vivant. Son énergie est communicative. Il a eu sa période de blessure pendant un mois, mais avant et après, il a beaucoup apporté à l’équipe. C’est un garçon qui est encore très jeune, il n’a que vingt-et-un ans, il ne faut pas l’oublier. Il n’est qu’au début de sa carrière. Ses qualités, son profil et sa personnalité sont très importants pour l’équipe parce qu’il est très dynamique, très à l’écoute, très demandeur et il apporte son envie parce qu’il en a beaucoup. Quand c’est communicatif, c’est top pour un groupe.

Sven Botman (LOSC) : « C’est le club qui a décidé que je restais »

On ne veut pas mettre Jonathan dans le rouge, ça c’est sûr. Maintenant, il est important pour l’équipe. Il a trouvé sa place, il est très bien adapté maintenant, a une bonne relation avec tous ses partenaires. Il n’a que vingt-et-un aussi. A force de les voir, on se dit que ce sont des joueurs expérimentés, il en a un peu mais est encore très joueur. Il a une très bonne physiologie qui lui permet de répéter les efforts et jouer régulièrement mais on ne veut pas qu’il soit dans le rouge non plus. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *