Jocelyn Gourvennec (LOSC) : « On est en retard comptablement en L1 »

Gourvennec LOSC
Philippe Lecoeur/FEP/Icon Sport

Sur un nuage après sa victoire face à Salzbourg en Ligue des Champions pour s’offrir la première place de son groupe, le LOSC va retrouver la réalité de la Ligue 1 ce week-end. En retard sur ses objectifs de début de saison, Jocelyn Gourvennec estime que son équipe doit surfer sur ce succès en coupe d’Europe pour performer en championnat. Entretien. 

Jocelyn Gourvennec, pensez-vous que votre équipe peut surfer sur le succès contre Salzbourg en championnat ?

Elle peut et elle doit. Quand on est capable de faire un match aussi solide que l’on a pu faire mardi, on doit savoir rééditer ça. On a des prestations assez complètes en Ligue des Champions. On a fait ce qu’il fallait faire après cinq matches pour être positionné aujourd’hui. Après, il n’y a rien de fait. On a encore un match où on aura le temps d’y repenser. Maintenant, on fait la bascule en Ligue 1 et on doit cultiver cette capacité à être solide, bien organisé. Le tout sur toute la durée d’un match parce que c’est surtout ça qui nous manque. Je pense qu’on doit le faire avec plus d’exigences et de concentration pour récolter tout ce qu’on peut semer dans un match. On a toujours de bonnes périodes, mais on n’arrive pas à aller au bout des matches.

Comment remobiliser ses joueurs à la Ligue 1 ?

Il faut trouver les moments et travailler un peu plus. Je ne pense pas qu’il y ait de différences physiques ou athlétiques de la Ligue des Champions à la Ligue 1. Aucun chiffre ne montre ça. D’un match à l’autre, c’est assez constant. Après, l’exigence et la concentration sont fondamentales. On sait naturellement que la ligue des Champions a un très haut niveau. Il ne faut pas croire qu’en faisant un peu moins en Ligue 1, ça passe. C’est totalement faux. Tous les matches sont compliqués. On a besoin de retrouver un mental et une connexion sur le fait de vouloir aller au bout du match et d’y défendre fort et dur.

Cela fait plusieurs mois que vous êtes à la tête du LOSC, êtes-vous satisfait de la vitesse dont votre groupe assimile vos idées ?

Dans la gestion d’un groupe, il y a, à la fois l’aspect terrain, et puis toute la gestion du groupe. Je trouve qu’on a un bon équilibre. On a un vestiaire qui travaille bien, qui s’entraîne bien et qui es très compétiteur. Je pense qu’on accompagne bien ce groupe. Des joueurs continuent de progresser, c’est un signe. Dans les matches, on voit qu’ils répondent bien à ce qui est demandé. Sur le plan de ce qu’on demande, il n’y a pas eu de grands bouleversements, mais il y a eu des aménagements dur plein de points. Il y a plein de manières d’animer un système en 4-4-2. Je suis dans ma mission. On joue tous les trois ou quatre jours, donc il faut donner quelques coups de manivelle pour redonner de l’énergie au groupe. On est en retard en terme comptable en Ligue 1. On travaille pour remédier à ça parce que ça m’ennuie. Après, aujourd’hui, je suis très heureux d’être l’entraîneur de Lille.

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans cet article ? Contactez la rédaction en précisant le titre de l'article