Jocelyn Gourvennec (LOSC) : « On a fait une grande première période »

Gourvennec LOSC
Alexandre Dimou/FEP/Icon Sport

Comme trop souvent depuis le début de saison, le LOSC s’est fait reprendre en fin de match après avoir longtemps envisagé la victoire, vendredi à Monaco lors de la quatorzième journée de Ligue 1. De quoi frustrer Jocelyn Gourvennec, qui voulait tout de même retenir le positif après cette nouvelle déconvenue.

Que retenez-vous de ce match nul contre Monaco, avec six absents alors que vous meniez à sept minutes du terme en supériorité numérique ?

On peut tout dire dans le positif et le négatif. On a fait une grande première période. Malheureusement, on a deux ou trois oublis qui nous coûtent un but avant la pause. Et, au lieu de mener 0-3, ça fait 1-2. On a souffert pendant vingt minutes en deuxième période. L’entrée de Niasse a fait du bien et remis la pression sur Fofana et Tchouaméni. On reprend le contrôle à 11 contre 10. On ne peut que s’en vouloir sur une touche où on était en nombre. On va retenir qu’on a perdu deux points plutôt que d’en avoir pris un à Monaco. On ne doit jamais se faire rejoindre.

Cela fait déjà huit points de perdus dans le dernier quart d’heure d’un match. Comment expliquez-vous cela ?

c’est une question de concentration. Il faut être plus intelligent. Avoir plus de maturité, moins ouvrir en fin de match, faire preuve de plus de malice. C’est de la lucidité. Elle nous coûte des points. La préparation du match a été très chaotique. Après, on a pas mal de joueurs qui sont revenus tard et de loin. Il y en avait un qui revenait du Nord de l’Angleterre, un du Canada et un autre des Etats-Unis. Ils ne se sont pas entraînés, mais on a quand même joué en donnant beaucoup. Il y a Reinildo qui n’a pas pu jouer parce qu’il était malade. Compte tenu de tout ces éléments, on a présenté quelque chose de très cohérent. Ce très cohérent à Monaco sur la physionomie du match ne nous suffit pas pour gagner, alors qu’on aurait dû gagner.

Surtout que David manque son duel pour le 3 à 0…

On en a d’autres en deuxième, mais je pense que Nübel sort très bien. C’est plus sa sortie qui met David en échec que de la maladresse. La passe est parfaite et le gardien sort très vite. Même si l’on met pas le troisième, on doit pouvoir contrôler le match. On a des jeunes joueurs, mais ils ont déjà beaucoup d’expérience. Tous les joueurs ont déjà beaucoup de matches de Coupe d’Europe dans les jambes. Je souhaite évidemment que la maturité qu’on a déjà en nous se matérialise avec plus de férocité pour avoir des résultats.

On a senti votre équipe un peu empruntée physiquement en fin de match…

Je pense qu’on manque d’intelligence dans la gestion du match, de lucidité pour mieux défendre nos ballons. On manque de malice, de concentration. Après, sur le plan athlétique, on a pris énormément de risques à faire jour David, Weah et faire entre Yilmaz, mais on n’a pas le choix. On doit prendre ces risques. Je croise les doigts pour qu’ils ne se blessent pas, mais la réalité est là. On joue un vendredi soir. On doit maintenant bien récupérer pour garder les idées claires et de sang-froid pour bien démarrer samedi.

Espérez-vous le retour de quelques absents pour Salzbourg ?

On espère. On va récupérer Onana qui était suspendu. Sanches est rentré blessé du Portugal. Ce n’est pas méchant, mais il fallait qu’on soit prudent. Il ne fallait pas prendre ce risque ce soir. On en a déjà pris beaucoup avec d’autres. Il a une gêne à l’adducteur qu’il a ressentit très tôt contre la Serbie. Bamba est, lui, toujours gêné avec sa cheville. Après, on va perdre des joueurs qui seront suspendus mardi ou qui ne seront pas qualifiés parce que pas que la liste UEFA. Il va falloir qu’on récupère bien. Le seul point positif de la soirée est qu’on a répondu présent sur un retour de trêve malgré les conditions difficiles et les imprévus, ce qui n’était pas le cas les deux précédents. Je ne vais pas me contenter de ça ce soir.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *