Jocelyn Gourvennec (LOSC) : « Marseille sera un gros match »

Gourvennec LOSC
Hugo Pfeiffer/Icon Sport

Sans match depuis sa défaite en coupe de France face à Lens, le LOSC retrouve le championnat presque trois semaines après l’avoir quitté, sur la pelouse de Marseille, ce dimanche. Jocelyn Gourvennec estime que ses joueurs se sont bien préparés pour poser des difficultés aux Olympiens. Entretien. 

Jocelyn Gourvennec, vous allez vous engager sur un rythme spécial, comment faites-vous pour que votre groupe reste focalisé sur la compétition ?

On n’a pas d’autres choix que de s’adapter. On aurait préféré jouer Lorient, mais ça a été remis. On a eu une longue semaine et ça va redevenir dense en terme de match. Quand c’est comme ça, il faut continuer à bien travailler. On a fait des séances régulières où les joueurs ont très bien répondu. J’ai beaucoup aimé leurs investissements depuis la reprise. On avait onze absents pour Lens et on a fait un excellent match. Là, on a récupéré du monde et on a un effectif qui s’est densifié à nouveau. C’est bien par rapport aux échéances que l’on a. Je trouve qu’on a bien préparé le match de Marseille. Ce sera un gros match où on va vouloir être très performant.

Vous êtes performant face aux grosses équipes, ce match sera-t-il important dans la course à l’Europe ?

On a un demi-championnat devant nous. On sait qu’on veut être dans le haut du classement parce que c’est la place du LOSC. Après, on a lâché des points pour différentes raisons. Je pense que l’accumulation de match a joué aussi. Là, on est sur le premier match retour. On sait qu’on a un très bon niveau par rapport à la concurrence. On est capable d’être à un très haut niveau. On l’a montré en Ligue des Champions. Il faut seulement que notre exigence et notre efficacité nous emmène plus haut. Investis, on l’est, il n’y a pas de soucis. Il faut qu’on soit encore plus dur à jouer.

Est-ce un avantage pour le LOSC de jouer dans un Vélodrome à « seulement » 5 000 personnes ?

J’ai joué un peu plus d’un an à Marseille. C’est sûr que le public se rappelle au bon souvenir de ses joueurs. Ça pousse un peu et ça remobilise. On a été capable d’être très performant à Séville où il y avait aussi beaucoup de bruits. Ce n’est pas le Vélodrome, mais c’est un des stades d’Espagne où ça fait le plus de bruit. Je crois que les joueurs préfèrent jouer dans des stades pleins. Ça va faire bizarre pour moi comme pour d’autres de voir très peu de personnes dans le vélodrome. C’est comme ça, on s’adapte.

On arrive dans une deuxième partie de saison où tout va compter…

Bien sûr que la deuxième partie de saison se joue sur tous les aspects du jeu. Ça se joue surtout lors des dix dernières journées sur l’aspect mental et la capacité à garder le contrôle. Il faut rester froid et focalisé sur les objectifs. Ça va énormément compter. Je pense qu’on a, à la fois, l’expérience, mais aussi l’énergie qu’offre la jeunesse de notre effectif. Tout ça doit nous permettre de faire une deuxième partie de saison dense. On aura l’échéance de la Ligue des Champions et ce sera un grand moment. Avant d’évoquer ça, on a des échéances très importantes à jouer en Ligue 1. On a besoin de bien redémarrer et de prendre des points rapidement.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.