Jason Berthomier (VAFC) : « Certainement un moment charnière »

Jason Berthomier VAFC
Loic Baratoux/Icon Sport

Unique buteur en Coupe de France à Charléty, Jason Berthomier peut être un des hommes qui fasse basculer le VAFC prochainement. Du haut de ses 33 ans, le milieu offensif demeure lucide et appliqué à la tâche. Entretien.

Jason Berthomier, vous restez sur une élimination en Coupe de France. Est-ce une grosse déception ou est-ce que vous relativisez ?

C’est toujours une déception, car c’est une compétition excitante. Après, on a la chance de pouvoir vite rebasculer. On a à coeur de réattaquer une série positive en championnat. Maintenant, il y a de la déception quand on se fait éliminer d’une compétition qui permet de vivre de belles émotions. On a un beau challenge à relever en championnat.

Sentez-vous que c’est plus difficile dans les têtes ou que le groupe est toujours bien ?

Franchement, j’espère ne pas me tromper demain, mais je trouve que le groupe réagit bien à cette série. À l’intérieur du groupe, on gère de façon assez calme. On en discute, car il faut en discuter, trouver les raisons du pourquoi du comment. En tout cas, c’est géré entre nous de manière assez tranquille. On

Vous avez beaucoup d’expérience. Est-ce un moment où vous allez plus vous exprimer ou pas forcément ?

Ce sont des fois des moments où on nous donne plus la parole. On a pour la plupart vécu ces moments, même souvent plusieurs fois. C’est important d’être nous aussi irréprochables sur le terrain, performants, pour pouvoir avoir encore plus d’impact. De par notre vécu, notre parole peut permettre de mieux gérer la situation.

C’est une grosse semaine de matches. Comment abordez-vous ça ?

C’est certainement un moment charnière. La vérité de ce championnat, c’est que dès que tu fais une série positive, tu peux vite être en haut, et inversement. Maintenant, on va dire que ce sera charnière, c’est un moment important sur le fait de vouloir enclencher une série positive.

Est-ce que le coach vous en parle comme tel ?

Pas spécialement. On le prépare comme un match à domicile, on a une bonne série en cours à la maison. Hâte de retrouver le goût de la victoire, c’est surtout sur ça qu’on s’appuie. Déjà dans un premier temps sur le match de demain, avant celui de vendredi.

La semaine dernière, Gautier est parti et a été remplacé par Hillel. Est-ce que cela a été difficile à gérer dans le groupe ?

Avec un peu d’expérience, on sait que c’est le foot, c’est comme ça. Les joueurs vont et viennent. Ce serait mentir de dire que c’est facile à gérer, parce que Gautier est quelqu’un qui a été très performant et important dans le groupe. C’était un chef de file. Après, c’est fait, on passe à autre chose. On a de très bons gardiens, donc ce n’est pas un problème. Il faut s’adapter rapidement. C’est quelqu’un de très attachant.

Est-ce qu’il a fallu parler à Hillel pour le rassurer et lui enlever de la pression ?

C’est une situation qu’il connaît un peu, il a de l’expérience. C’est à Jérem (Janot) de gérer le truc, plus que nous. Il sait qu’on a confiance en lui, après ce n’est pas notre poste, donc ça se gère de façon différente.

D’un point de vue personnel, comment vous sentez-vous ?

Je suis arrivé sur le tard, donc je n’ai pas joué 20 matches non plus. Je me ressens bien physiquement. Ça a été dur car j’ai eu une préparation un petit peu tronquée, je revenais juste de blessure. Quand je suis revenu ici, ça faisait six mois que je n’avais pas joué quand même. Derrière, j’ai enchaîné les matches avec un peu d’intensité, ce que j’ai payé avant la trêve. Les vacances ont permis de bien recharger tout ça.

Source : VAFC

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *