[J9] RC Lens – OL : les tops et flops

RC Lens
Anthony Dibon/Icon Sport

Dominateur une grande partie de la rencontre face à un Olympique Lyonnais bien décevant, le RC Lens poursuit sa grande marche en avant. Un succès que les Artésiens ont pu décrocher notamment grâce à une grande maîtrise du jeu, mais aussi une solidité défensive exemplaire. Découvrez nos tops et flops de cette rencontre de la neuvième journée de Ligue 1.

Les tops

Une défense des grands soirs

L’Olympique Lyonnais n’a tout simplement pas pu développer son jeu ce dimanche. Malgré des joueurs de qualité sur le terrain, les Gones se sont heurtés tout le match à une défense Sang et Or plus que solide. Pas une seule fois Brice Samba n’a eu à s’employer pour sortir une frappe, puisqu’aucune des quatre tentatives lyonnaises n’ont été cadrées. Le Racing, malgré l’absence de Jonathan Gradit dans sa défense à trois si caractéristique, s’est montré taille patron face aux talents lyonnais, muselés du début à la fin. Déjà imperméable sur les deux dernières rencontres, la défense a enchaîné un troisième « clean-sheet » de suite, une performance assez rare pour être soulignée pour cette équipe très portée vers l’avant.

Une maîtrise du jeu apaisante

Durant toute la rencontre, sans jamais vraiment connaître de temps faible, le RCL a dominé son adversaire. Sans attaquer en permanence, les Lensois ont géré leur match de façon intelligente, en observant des temps de possession longs. En privant les Lyonnais de ballon une bonne partie du match, Lens a pu souffler et lisser son effort. Une gestion que l’on peut qualifier de gagnante, quand on observe le scénario du match. Les Artésiens ne pourront pas gagner chaque rencontre avec des écarts énormes au tableau d’affichage, c’est pour cela que des moments de maîtrise, bien marqués comme dimanche contre Lyon, seront essentiels dans la saison.

Les flops

Des leaders plus effacés

Si Salis Abdul Samed et Kevin Danso ont été les moteurs de la victoire lensoise, d’autres cadres ont moins brillé. D’habitude si imposant dans l’entrejeu, Seko Fofana a vécu la rencontre dans l’ombre de son coéquipier ghanéen, Abdul Samed. L’Ivoirien, qui a retrouvé avec succès la sélection nationale, semblait plus en difficulté pour se projeter vers l’avant. Devant lui, David Pereira Da Costa n’a lui aussi pas eu l’impact escompté. D’habitude si à l’aise avec le ballon, et capable de faire des différences à lui tout seul, le plus Français des Portugais est passé à côté de son match.

Le banc peu tranchant

Franck Haise nous a lui aussi habitué à des coups de génie la saison dernière en utilisant son banc, cela n’aura pas marché contre Lyon. Wesley Saïd, Alexis Claude-Maurice et Adam Buksa, entrés sur le front offensif, n’ont pas su se créer de grosses occasions au-delà du seul but lensois. Frankowski et Onana n’ont eux non plus pas amené un vrai vent de fraîcheur dans le jeu. Le résultat est positif, tant mieux pour le Racing, mais ce banc devra se montrer plus efficace dans une semaine, au stade Pierre-Mauroy de Lille.

Arthur LASSERON avec A.R. et R.P.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *