[J9] RC Lens – Lyon : les notes des Lensois

Danso RC Lens
Philippe Lecoeur/FEP/Icon Sport

Récompensé dans les derniers instants de la partie par un penalty transformé par Florian Sotoca, le RC Lens a pris le dessus sur l’OL ce dimanche (1-0). Si le « clean-sheet » a pu être tenu jusqu’au bout, c’est notamment grâce à la prestation défensive XXL de Kevin Danso.

Les satisfactions

Kevin Danso (7) : Défensivement, le patron, c’est lui. Le géant autrichien n’aura rien laissé passer ce soir. Lacazette, Toko Ekambi, Cherki ou encore Tetê se sont heurté à un véritable mur. Kevin Danso n’aura perdu qu’un seul duel ce soir contre l’OL. Il aurait même pu débloquer la situation avant le penalty de Sotoca, puisque sur corner, il s’est élevé à deux reprises au-dessus de tout le monde, sans trouver le cadre malheureusement.

Salis Abdul Samed (7) : Quand Seko Fofana n’est pas en forme, Salis Abdul Samed prend le relais. Le Ghanéen était tout simplement partout ce dimanche. Balle au pied, le milieu de terrain dégageait énormément de sérénité malgré le pressing lyonnais, souvent réalisé à deux avec Caqueret et Lepenant. Même si ses tentatives de frappe ont toutes finies contrées, le milieu a réalisé une prestation digne d’un top match de Ligue 1.

Les notes

Les déceptions

David Pereira Da Costa (4) : C’était un match sans pour la pépite de la Gaillette. Le meneur de jeu aura perdu quinze ballons au total, bien plus qu’à l’accoutumée. Le jeune Lensois n’a pas été aussi tranchant que d’habitude dans les dernières passes aux abords de la surface de réparation. Sorti à la 72e minute de jeu pour laisser sa place à Alexis Claude-Maurice, l’espoir portugais devra vite se remettre dans le bain.

Seko Fofana (5) : Le capitaine du RC Lens nous a tellement habitué à des prestations exceptionnelles depuis son arrivée dans le Pas-de-Calais, qu’un match assez neutre comme celui livré face à Lyon est presque une déception. Sur les 52 ballons qu’il aura eu à disputer contre Lyon, l’Ivoirien en a perdu dix au total. Son compère du milieu de terrain, Salis Abdul Samed, aura était beaucoup plus percutant offensivement.

Arthur Lasseron

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *