[J8] Nîmes – Amiens SC : Les tops et les flops

Amiens SC Bamba

Une semaine après la triste défaite concédée face à Rodez, les Amiénois ont redonné le sourire à leurs supporters. Pourtant, l’Amiens SC n’a pu faire mieux qu’un match nul sur la pelouse de Nîmes. Mais c’est sur le scénario du match que Philippe Hinschberger va pouvoir s’appuyer pour préparer les futures échéances. La rédaction vous propose les tops & flops de cette huitième journée.

Les tops 

Une animation offensive en amélioration 

On avait quitté les Amiénois en totale perdition face à Rodez. Avec un seul tir cadré, il était tout simplement impossible que cette équipe mette en danger son adversaire. Au Stade des Costières, les Picards furent plus entreprenants. Malgré les deux buts rapidement encaissés, ils poursuivaient leurs efforts et tentaient de se montrer dangereux. Encore un peu approximatifs en première période, Bamba, Lusamba et Benet tentaient de mettre sur orbite Aliou Badji. L’attaquant sénégalais se retrouvait régulièrement en position de frappe mais ne parvenait pas à cadrer ses tentatives. Pour autant, on sentait l’Amiens SC capable d’emballer la rencontre. Notamment quand Aliou Badji, toujours lui, touchait le montant de Bratveit avant de réduire l’écart grâce à un excellent service de Bamba. L’Amiens SC venait de mettre un terme à trois matches sans inscrire le moindre but. Et les Amiénois ne s’arrêtaient pas là puisque Xantippe et enfin Tolu y allaient, eux aussi, de leur but. Avec 16 tirs tentés pour 7 cadrés, l’Amiens SC s’est enfin montré dangereux. Il faut remonter au 20 avril 2021 et un match référence face à Valenciennes (3-1) pour voir les Picards inscrire trois buts au cours d’un même match. Plus à l’aise à l’extérieur qu’au stade de la Licorne depuis le début de la saison, on espère que Philippe Hinschberger et ses joueurs trouveront la clé à domicile.

[J8] Nîmes – Amiens SC : les notes des Amiénois

Une force de réaction qui doit servir de déclic

Mené par deux fois de deux buts, l’Amiens SC a trouvé les ressources pour revenir au score. On aurait pu penser qu’à 2-0 après 20 minutes de jeu le match était plié, mais les Amiénois nous ont fait mentir. À 2-0 puis 3-1, ils ont poursuivi leurs efforts afin d’offrir aux quelques supporters présents à Nîmes un match nul inespéré. Alors que Badji profitait d’un relâchement de la défense nîmoise, Xantippe redonnait espoir aux siens. Et comme à Grenoble la semaine précédente, le Nîmes Olympique concédait un but dans les toutes dernières secondes. Comme Calabresi en 2019, c’est Tolu qui se muait en héros en inscrivant son premier but dans le jeu cette saison. S’ils n’ont pas tout bien fait, les Picards ont eu le mérite d’y croire. Nul doute que Philippe Hinschberger voudra s’appuyer sur cette abnégation et cette combativité pour préparer la réception de Pau qui arrive très vite.

Les flops 

Une défense trop fébrile 

On pensait que les problèmes défensifs de l’Amiens SC avaient été réglés avec les arrivées de Fofana et Pavlovic. Pourtant, après 20 minutes de jeu, les Picards étaient déjà menés de deux buts. Xantippe prenait l’eau sur son côté gauche tandis que Pavlovic et Fofana faisaient preuve de passivité. Résultat, Régis Gurtner, impuissant, est allé chercher à trois reprises le ballon au fond de ses filets dans ce match. Comme face à Quevilly-Rouen, on a senti les Amiénois en danger sur chacune des offensives nîmoises. Finalement, les joueurs de Philippe Hinschberger ne tiennent leur salut que grâce à la baisse de rythme des locaux qui pensaient avoir match gagné.

Philippe Hinschberger (Amiens SC) : « On a eu le mérite d’y croire jusqu’au bout »

L’incapacité à mettre le feu après la réduction du score 

La réduction du score signée Aliou Badji dès l’heure de jeu nous laissait de gros espoirs. Il restait trente minutes pour que les Amiénois égalisent. Pourtant, à 2-1, c’est Nîmes qui a repris la partie en main, parvenant même à inscrire le troisième but. À ce moment du match, Amiens a manqué de mordant pour faire douter les crocos. On aurait aimé voir une révolte ponctuée par des vagues qui déferlent sur la défense nîmoise. Au lieu de cela, les Picards n’ont pas réussi à changer de rythme et ont de nouveau subi la maitrise du Nîmes Olympique.

Valentin ROSE

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans cet article ? Contactez la rédaction en précisant le titre de l'article