[J8] Nantes – RC Lens : les tops et flops

RC Lens
Anthony Dibon / Icon Sport

Dans une rencontre qui n’a pas atteint des sommets de jeu et qui a montré une certaine insuffisance du RC Lens dans certains domaines, les Sang et Or n’ont pas réussi à faire mieux qu’un match nul sur la pelouse de Nantes (0-0). Découvrez nos tops et flops de cette rencontre de la huitième journée de Ligue 1.

Les tops

Un deuxième « clean sheet » de rang

Parmi les rares satisfactions de ce déplacement à Nantes, il y a cette capacité à maintenir leur cage inviolée sur la pelouse de La Beaujoire. Grâce à un trio défensif de très grande qualité, les Artésiens ont signé un troisième match sans encaisser de but cette saison et n’ont surtout pas concédé énormément de situations dangereuses dans le jeu, même s’ils ont été mis un peu plus en difficulté sur des pertes de balle collectives dans des endroits dangereux.

Savoir ne pas perdre

Comme le veut l’adage, lorsque l’on n’est pas en mesure de remporter un match, il est important de savoir ne pas le perdre. Et depuis cinq mois, le RC Lens en a fait une force. Comme lors du déplacement à Reims, même si le contexte et le contenu étaient clairement différents, les joueurs de Franck Haise ont « refusé la défaite ». Et restent invaincus cette saison mais également pour la seizième fois consécutive en Ligue 1.

Les flops

Une trop grande imprécision technique

Entre pertes de balle trop fréquentes, et parfois dans des situations extrêmement dangereuses – à l’image de celle de Seko Fofana en début de rencontre – mauvais choix réguliers et réalisation technique insuffisante, aussi bien dans les transmissions que les contrôles et exécutions offensives, les Sang et Or avaient tout simplement trop de manques, notamment techniquement, pour espérer quelque chose de La Beaujoire.

Trop faible offensivement

Pour faire un meilleur résultat sur la pelouse de Nantes, le RC Lens avait très certainement besoin de faire plus, notamment dans le domaine offensif. Pas vraiment inspirés dans ce domaine, les Artésiens ont été souvent en difficulté face à une défense tantôt à trois, tantôt à cinq. Et sur les rares incursions intéressantes, ils ont parfois trop temporisés ou fait de trop nombreux mauvais choix pour inquiéter l’arrière-garde nantaise.

Adrien ROCHER

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *