[J22] RC Lens – Marseille : les tops et flops

RC Lens
Sandra Ruhaut/Icon Sport

Restant sur deux succès consécutifs en championnat, le RC Lens a déchanté sur sa pelouse face à l’Olympique de Marseille (0-2), ce samedi. Les Lensois n’ont pas démontré sa force collective et ont cruellement manqué de maîtrise. Découvrez nos tops et flops de ce match.

Les tops

Une deuxième mi-temps plus juste techniquement

Après avoir été surpassé lors du premier acte, le RC Lens a réussi à redresser un peu la barre en seconde période. Les Sang et Or sont parvenus à mieux ressortir les ballons et franchir la ligne médiane, un luxe considérable contre cette Olympique de Marseille. Les coéquipiers de Seko Fofana ont également délivré moins de déchets techniques. Se montrant plus dangereux que son adversaire avec un total de sept tentatives, les Artésiens n’en ont cadré que deux. Un total beaucoup trop maigre pour aller provoquer la victoire.

 Les flops

Le manque de maîtrise

« La victoire de l’OM est totalement méritée ». Franck Haise ne croit pas si bien dire après la défaite. Ses joueurs ont été totalement asphyxiés par les Marseillais. Incapables de conserver le ballon en première mi-temps, les Artésiens ont de nombreuses fois jeté le cuir dès sa reprise sous l’effet de la pression marseillaise. Les Lensois n’ont fait que subir la tactique mise en place par Jorge Sampaoli. Les Phocéens ont détenu la maîtrise du jeu et sont allés provoquer haut leurs adversaires à la perte du ballon. Une stratégie offensive qui a laissé sans réponse le RC Lens.

L’absence de force collective

Longuement, les supporters lensois ont pensé que leurs protégés n’allaient pas se sortir de l’étreinte de l’Olympique de Marseille. Possédant un collectif parfaitement huilé à l’accoutumée, le RC Lens a perdu ce qui a pu constituer sa force. Le fameux caractère lensois n’a pas été convié à la rencontre et est resté sur la pelouse du Geoffroy Guichard. À chaque fois capable d’aller provoquer la victoire dans les derniers instants depuis le début de l’année contre Lille, Rennes, puis Saint-Étienne, les Sang et Or n’ont pas démontré ce supplément d’âme pour inverser la tendance.

Emilien PAU

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.