[J21] OM – LOSC : les tops et flops

LOSC
Johnny Fidelin/Icon Sport

Réduit à dix pendant une heure, le LOSC a su résister aux assauts marseillais pour décrocher le point du nul à Marseille (1-1). La défense lilloise a rendu une copie très solide face au troisième de Ligue 1.

Les tops

Une bonne première demi-heure

Ce match nul peut sembler être une bonne opération quand on regarde l’ensemble de la rencontre. Mais quand on voit la première demi-heure de qualité du LOSC, on peut avoir quelques regrets. Même s’ils n’avaient pas tout le temps le contrôle du ballon, les Dogues ont proposé un jeu de qualité. Patient en défense, capable de retours défensifs propres comme celui de Benjamin André dans les pieds de Gerson, pourtant en position de frappe (9′), le LOSC fait tout bien et ouvre le score sur sa première très chaude opportunité. Sanches dépose un cadeau sur la tête de Botman oublié par Saliba dans la surface (15′). Lille va même insister après cette ouverture du score. Burak Yilmaz est tout proche de tromper Lopez sur un centre de l’inévitable Renato Sanches, mais le portier olympien réalise une belle parade (22′). L’expulsion de Benjamin André viendra couper net cette très bonne entame de match.

Une abnégation défensive remarquable

Trente-deux. Sur l’ensemble de la rencontre, la charnière défensive aura dégager un total de trente-deux ballons ! Largement mis à contribution en deuxième période, le bloc lillois aura su faire le dos rond pendant une grande partie de la rencontre, pourtant en infériorité numérique dès la trente-deuxième minute. Une fois réduits à dix, l’ensemble des joueurs alignés par Jocelyn Gourvennec va faire les efforts pour l’équipe. Et cela commence par les attaquants. Burak Yilmaz et Jonathan David n’aura pas brillé offensivement, mais auront couvert énormément de surface par leur pressing. Au milieu, la justesse d’Amadou Onana et Renato Sanches dans un rôle défensif aura elle aussi été primordiale dans la préservation du score. Et comment ne pas citer Ivo Grbic, dernier rempart lillois. Avec cinq arrêts, il aura nettement contribué à retarder l’échéance dans un premier temps, avant de permettre au LOSC de ne pas s’incliner, dans le temps additionnel.

Les flops

Benjamin André sabote la bonne entame lilloise

L’entame lilloise est de qualité. Elle va connaître un gros coup d’arrêt avec l’expulsion express de Benjamin André. Averti pour une contestation trop véhémente aux yeux de M. Delerue (30′), l’ancien Rennais va se remettre à la faute, deux minutes plus tard, en intervenant en retard sur Guendouzi (32′). Laissant ses coéquipiers à dix pendant une heure, Benjamin André va compromettre les espoirs lillois, alors qu’une victoire semblait nettement envisageable avant cette expulsion. En infériorité numérique, pendant une heure, à Marseille, on peut même penser que le match nul est déjà un petit exploit.

Une attaque trop effacée

Evidemment, après ce fait de jeu regrettable, l’attaque lilloise n’a plus été utilisée dans un rôle offensif. Pourtant bien en vue en début de rencontre, Burak Yilmaz aura été beaucoup plus en difficulté après la passage à dix des Dogues. Jonathan David, meilleur buteur du championnat, n’aura lui même pas eu l’opportunité de tenter sa chance face à Pau Lopez. En deuxième période, Jonathan Bamba pensait porter le coup fatal à l’OM en contre, mais Burak Yilmaz a été signalé hors-jeu pour quelques centimètres à l’origine de l’action (70′). Des centimètres qui vont se payer cash cinq minutes plus tard, quand Cengiz Under, bien inspiré, trouve la lucarne gauche de Grbic depuis l’entrée de la surface (75′).

Arthur LASSERON

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.