[J20] Amiens SC – Ajaccio : les tops et flops

AMIENS SC Akolo
Anthony Bibard/FEP/Icon Sport

En dépit d’une fin de match un peu folle et d’une copie d’ensemble loin d’être infamante, l’Amiens SC a encore montré ses limites face à une formation de la première partie de tableau. Découvrez nos tops/flops de cette vingtième journée de Ligue 2.

Les tops

L’apport des entrants

Sans dire que le match de l’Amiens SC a réellement débuté peu après l’heure de jeu avec les entrées conjuguées d’Arnaud Lusamba, Aliou Badji et Tolu Arokodare, le trio a tout de même apporté un véritable boost à la formation de Philippe Hinschberger. Quand bien même les deux attaquants ont manqué de précision dans le dernier geste, ils ont clairement bougé une défense corse sur la corde raide en fin de match. Au milieu de terrain, Arnaud Lusamba s’est évertué à apporter un peu d’ordre et de fluidité, là où le duo Benet-Gnahoré ne pesait que trop peu dans les débats jusqu’ici. De bon augure pour la suite.

La capacité à bousculer un gros

Face au co-leader et accessoirement la meilleure défense du championnat, avec seulement huit buts encaissés en vingt rencontres, l’Amiens SC n’a clairement pas fait tâche pour son retour à la compétition. Mieux encore, les Amiénois ont même dominé une bonne part de la seconde période, passant tout proche d’arracher une égalisation qui n’aurait clairement pas été imméritée. Plus fort physiquement, les coéquipiers de Régis Gurtner ont démontré qu’ils avaient du répondant pour bousculer les meilleures équipes du championnat…

Les flops

Toujours aucune victoire de référence

…Malheureusement cela s’est encore soldé par un match sans victoire face à un pensionnaire du top 10. Déjà battu à l’aller, Amiens a finalement pris une leçon de maîtrise collective et d’abnégation de la part d’un adversaire taillé pour jouer la montée en Ligue 1. Une observation qui n’est pas sans rappeler celle faite après le match contre le Paris FC avant les fêtes, où la troupe de Philippe Hinschberger avait également eu la possibilité d’empocher un point. Or, à mi-parcours, le bilan contre les formations de la première partie de tableau est sans appel avec cinq défaites pour six matches. Jusqu’ici, Amiens s’est montré incapable de battre une équipe mieux classée que douzième à l’heure actuelle (Guingamp, 12e / Grenoble, 16e / Valenciennes, 17e / Dunkerque, 19e)

Les errances de la 42e

Face au Paris FC, Amiens avait encaissé un but très rapide faisant suite à une récupération haute de son adversaire. Face à Ajaccio, le but pris juste avant la mi-temps fait suite à une situation également mal négociée par les Picards. Après une relance (trop ?) rapide de Régis Gurtner dans les pieds d’Owen Gene, dans une inhabituelle position de latéral gauche, le jeune milieu de terrain de formation manquait de précision dans sa transmission à destination de Chadrac Akolo. De quoi permettre à un défenseur ajaccien d’intervenir et de transmettre le ballon à Gaëtan Courtet. En un clin d’oeil, l’intéressé voyait Riad Nouri oublié à l’opposé, là où Owen Gene doit normalement se trouver. Encore fallait-il que Formose Mendy soit pris au piège par le contrôle de l’homme qui inscrivit son 80e but en Ligue 2, mercredi soir. Une succession d’erreurs rédhibitoire à un tel niveau de compétition.

Romain PECHON

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.