[J20] Amiens SC – Ajaccio : les notes du match

AMIENS SC Bamba
Anthony Bibard/FEP/Icon Sport

Impuissant offensivement et piégé par une erreur d’inattention en fin de première période, l’Amiens SC a concédé sa septième défaite de la saison, mercredi face à l’AC Ajaccio (0-1). Découvrez nos notes de la rencontre.

Le joueur le plus en vue : Mateo Pavlovic (5)

Parfois à la limite dans les duels, notamment dans les airs face à Gaëtan Courtet, Mateo Pavlovic a néanmoins donné le ton de par son agressivité et sa détermination. Au-delà de ses sept dégagements et de ses trois interceptions, le Croate s’est également attelé à chercher des solutions en première intention avec notamment 11 passes en profondeur. Un mois et demi après son dernier match (3 décembre), le capitaine de l’ASC a proposé une solide prestation.

Les notes des joueurs de l’Amiens SC

Le joueur le moins en vue : Chadrac Akolo (3)

Installé dans le onze de départ après ses bonnes prestations en fin d’année dernière, Chadrac Akolo a traversé la rencontre face à l’AC Ajaccio tel un fantôme. S’il y a bien cette situation au quart d’heure de jeu, où il glisse en pleine surface de réparation, l’international congolais n’a pas suffisamment pesé dans un match qui a finalement pris une autre tournure à sa sortie. Avant ça, le numéro 19 de l’ASC n’avait touché que 19 petits ballons en une heure de jeu.

En bref

Deux arrêts, dont un sur une tête de Gaëtan Courtet en début de match, et une réelle impuissance sur le but de Riad Nouri, Régis Gurtner n’a pas pu empêcher l’Amiens SC de chuter face au co-leader. Devant lui, Formose Mendy est apparu particulièrement fébrile, pour la première fois depuis bien longtemps. Outre des maladresses balle au pied, le Sénégalais a été trop facilité mystifié par le buteur ajaccien sur l’unique but de la rencontre. De nouveau en défense centrale, Mathis Lachuer n’a pas démérité défensivement, même s’il y a eu énormément de déchets dans son jeu de passes, avec pas moins d’un ballon perdu sur quatre (19/80).

Préféré à Arnaud Lusamba, Bongani Zungu a eu le mérité d’aérer le jeu de son équipe pendant une bonne heure avant de réellement décliner physiquement. On l’a également connu plus inspiré dans les phases de construction. Il en est de même pour Jessy Benet, qui a clairement manqué de prises d’initiatives dans cette rencontre, restant comme bien trop souvent depuis son arrivée en Picardie beaucoup trop scolaire. Pour autant, la déception est réellement venue d’Eddy Gnahoré, en progression avant la trêve mais excessivement neutre pour ne pas dire inutile sur ce match.

Offensivement, Kader Bamba a longtemps donné le sentiment d’être le seul en mesure de faire basculer la rencontre. Jusqu’aux entrées en jeu d’Aliou Badji et Tolu, le joueur prêté par Nantes avait été à l’origine de toutes les situations franches de son équipe. Le tout en affichant une complicité intéressante avec Harouna Sy, malheureusement trop brouillon techniquement pour représenter une vraie menace pour la défense de fer de l’AC Ajaccio.

Romain PECHON avec l’ensemble de la rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.