[J2] Ajaccio – RC Lens : les notes des Lensois

RC Lens Samed
Michel Luccioni/Icon Sport

Pas assez inspiré offensivement et globalement incapable d’accélérer le rythme sur une pelouse assez dégradée, le RC Lens a dû se contenter du point du nul face à Ajaccio (0-0), ce dimanche. Découvrez nos notes après cette rencontre de la 2ème journée de Ligue 1.

Les satisfactions :

Florian Sotoca (6) : Une semaine après son triplé contre Brest, le numéro 7 lensois n’a pas connu la même réussite en Corse. Néanmoins, il est impliqué sur quasi chacune des situations franches du RC Lens. En première période, c’est lui qui remise pour Przemyslaw Frankowski (29′) avant de tenter sa chance de manière acrobatique dans la minute suivante. Au retour des vestiaires, il s’est surtout signalé par ce petit ballon dans la profondeur provoquant la grosse occasion de Loïs Openda (67′). Encore dans tous les bons coups, si ce n’est cette perte de balle au niveau de la ligne médiane heureusement sans conséquence en début de match (19′).

Przemysław Frankowski (6) : Comme la saison dernière, le jeu lensois penche naturellement à droite. Repositionné dans ce couloir depuis le départ de Jonathan Clauss, le Polonais en profite pour se mettre davantage en évidence. Son entente avec Florian Sotoca saute aux yeux et ce duo qui a sorti le RC Lens de sa torpeur en première période. Un peu timoré par moments, Przemysław Frankowski a pourtant été dangereux à chaque fois qu’il s’est approché de la surface de réparation adverse, comme sur cette frappe au ras du poteau de Leroy (49′). Un peu plus en difficulté sur le plan défensif juste avant le retour aux vestiaires. Remplacé par Jimmy Cabot (66′), auteur d’une entrée très intéressante.

Salis Abdul Samed (6) : Sobre mais diablement efficace. Comme Cheick Doucouré savait le faire par le passé, l’ancien Clermontois a fait parler sa science du placement pour colmater pas mal de brèches dans l’entrejeu. S’il termine la partie avec seulement 53 ballons touchés, il n’en a rendu que quatre à l’adversaire tout en cherchant par moments à verticaliser la première relance artésienne. Sa solidité dans les duels est aussi un atout indéniable dans ce genre de confrontation. Une sortie solide pour Salis Abdul Samed.

Les notes :

Les déceptions :

David Pereira Da Costa (4) : Dans la lignée de sa prestation un peu poussive face à Brest, le petit prince de Bollaert laisse encore un goût d’inachevé à l’issue de cette rencontre. Déjà, il doit ouvrir le score ou tout du moins cadrer sur cette énorme opportunité en début de match (14′). Ensuite, il a parfois manqué de justesse technique pour accélérer et fluidifier le jeu de son équipe (52′, 62′). Dans ce type de match, un meneur de jeu inspiré fait souvent la différence. David Pereira Da Costa ne l’était clairement pas jusqu’à sa sortie. Remplacé par un Wesley Saïd assez timide (76′).

Deiver Machado (4) : Avec 32 ballons touchés, soit le deuxième moins bon total du match côté lensois (ndlr : 27 pour Openda), le Colombien fut encore beaucoup trop discret dans son couloir gauche. Défensivement, il a plutôt tenu la baraque face au duo Alphonse-Bayala mais il doit désormais se lâcher sur le plan offensif pour rééquilibrer un jeu qui penche aujourd’hui beaucoup trop à droite. La probable montée en puissance de Jimmy Cabot pourrait bien lui être fatale dans les prochaines semaines. Remplacé par Deiver Machado (85′).

Seko Fofana (4) : S’il y a bien eu quelques fulgurances, comme cette transversale à l’origine de la belle combinaison entre Frankowski et Sotoca (29′) ou bien encore sa réflexion l’amenant à temporiser pour servir encore une fois le Polonais (49′), le match du capitaine lensois demeure globalement assez décevant par rapport à ses standards habituels. D’autant que Seko Fofana a clairement décliné au fil de la seconde période, donnant le sentiment de souffrir face à la chaleur. Il doit aussi être le facteur X dans ce type de rencontre cadenassée.

Romain PECHON

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *