[J19] Bordeaux – Amiens SC : les tops et flops

Bordeaux - Amiens SC
05 Formose MENDY (asc) - 07 Dilane BAKWA (fcgb) during the Ligue 2 BKT match Girondins de Bordeaux and Amiens Sporting Club at Stade Matmut Atlantique on January 13, 2023 in Bordeaux, France. (Photo by Romain Perrocheau/FEP/Icon Sport)

Ballotté durant une partie de la rencontre mais suffisamment accrocheur pour mériter de revenir de Gironde avec un match nul (1-1), l’Amiens SC a encore prouvé qu’il avait des réserves à faire valoir pour la suite de la saison. Découvrez nos tops et flops après cette rencontre comptant pour la dix-neuvième journée de Ligue 2 BKT.

Les tops

L’Amiens SC est encore revenu dans le match

On aurait pu craindre le pire après l’ouverture du score girondine en fin de première période, qui plus est suite à un penalty vivement contesté. Passablement énervés, les Amiénois ont profité de la mi-temps pour se calmer, retrouver leurs esprits et revenir avec la ferme intention de ramener quelque chose de Bordeaux. Et après un début de seconde période plutôt poussif, les hommes de Philippe Hinschberger ont progressivement pris le dessus sur leurs adversaires, notamment sur l’aspect athlétique. Et psychologiquement, les coéquipiers de Régis Gurtner y ont cru jusqu’au bout pour aller arracher une nouvelle égalisation dans le temps additionnel. Quant au coup de tête de Junior Mwanga sur le poteau droit à l’ultime seconde, il s’avère finalement comme une simple péripétie pour conclure un match que les Picards ne méritaient pas de perdre.

Le banc fait à nouveau la différence

Mardi contre Guingamp, c’est Tolu Arokodare qui avait fait trembler les filets en sortant du banc. A Bordeaux, c’est George Ilenikhena qui a enfilé le costume de sauveur en n’ayant eu besoin que d’une vingtaine de minutes sur le terrain pour être décisif. Pas forcément à son avantage, Papiss Cissé a eu le mérite de faire le geste juste pour être la passe décisive sur le premier but en professionnel d’un joueur de 21 ans son cadet. D’une manière générale, les entrants ont aussi apporté un second souffle à une équipe qui dépendait alors trop des coups d’éclat d’un Antoine Leautey généreux mais fort logiquement sur la jante à l’entame du dernier quart d’heure. Et même si le groupe s’avère plus restreint après le départ de Jessy Benet, Amiens aura besoin de remplaçants décisifs pour espérer avoir son mot à dire dans la course à la montée.

Les flops

Un premier acte qui est allé decrescendo

Désireux d’être « à la hauteur de son rang » et de ne pas se contenter de regarder Bordeaux, Amiens a démarré la rencontre sur d’excellentes bases. Agressifs dans le bon sens du terme, toniques et en nombre dans la moitié de terrain adverse, les Picards ont réalisé un premier quart d’heure de très bonne facture. Malheureusement sans se procurer de réelle situation franche face à un adversaire en mode diesel et donc largement prenable. Après avoir laissé passer un semblant de tempête, Bordeaux s’est progressivement mis en ordre de marche pour largement prendre le dessus sur le reste de la première période. Autour des très mobiles Maja et Bakwa, les Bordelais se sont installés dans la moitié d’une équipe amiénoise qui n’a alors eu de cesse de rendre le ballon à son adversaire, manquant à la fois de maîtrise technique et de véritable solution pour s’offrir des temps de répit. Un gros temps faible qui aurait pu coûter bien cher.

Un milieu parfois invisible

Malheureux sur le penalty accordé par Stéphanie Frappart, Jérémy Gélin a eu le droit à une opposition de qualité pour ce dernier match de la phase aller. Outre un Junior Mwanga qui a régné en maître dans l’entrejeu (15 duels remportés, 6 dribbles réussis 4 tacles), Bordeaux a également pu s’appuyer sur des relayeurs qui n’ont pas hésité à se projeter pour apporter le surnombre aux abords de la surface de réparation de l’Amiens SC. A commencer par un Fransergio qui a eu tout le loisir de tenter sa chance durant la rencontre (2 tirs cadrés, 89 ballons touchés) et dont la grosse baisse de régime dans les vingt dernières minutes fut fatale à son équipe. Pendant ce temps, Iron Gomis (26 ballons) et Doums Fofana (12 pertes de balles et 11 duels perdus) n’ont pas eu leur rayonnement habituel. De quoi prouver que cet effectif manque un peu de qualité face à ses concurrents directs ? Le prochain match face au HAC sera donc très attendu pour avoir des éléments de réponse supplémentaires.

Romain PECHON

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *