[J19] Bordeaux – Amiens SC : les notes des Amiénois

Amiens SC Kakuta Leautey
Romain Perrocheau/FEP/Icon Sport

Contraint de courir après le score suite à un penalty concédé et vivement contesté, l’Amiens SC a encore trouvé les ressources pour arracher le match nul face à Bordeaux (1-1). Découvrez nos notes des Amiénois après cette 19ème journée de Ligue 2.

Les satisfactions :

Antoine Leautey (7) : est-ce encore une surprise de considérer que l’ancien Niortais a encore été le moteur du collectif amiénois ? Pas avare en efforts, il a multiplié les appels et les courses dans son couloir, se retrouvant même parfois isolé face à la défense girondine, ses partenaires ne parvenaient pas à suivre son rythme. Défensivement, il s’est évertué à faire le repli défensif jusqu’à sa sortie, exténué, à cinq minutes du terme. Remplacé par Owen Gene (86′), qui a rejoué dans un rôle de piston.

Formose Mendy (6,5) : s’il a mis pas mal de temps à rentrer dans son match, souffrant de la vivacité d’un Dilane Bakwa qui l’a mis en difficulté comme un adversaire l’a rarement fait depuis le début de saison, l’international sénégalais n’a eu de cesse de monter en régime tout au long de la rencontre. Et alors que Bordeaux a décliné en milieu de seconde période, Formose Mendy est alors devenu intraitable, ne laissant quasiment plus rien passé et contribuant ainsi au siège amiénois en fin de partie.

Les notes de Amiens SC – Bordeaux :

Les déceptions :

Mattheo Xantippe (4,5) : loin de sa bonne première mi-temps contre Guingamp, le gaucher n’a quasiment pas existé dans ce match. Offensivement, il avait pourtant un coup à jouer face au très jeune (18 ans) et inexpérimenté Johaneko Louis-Jean. Pourtant, le troisième choix de David Guion pour occuper le couloir droit de sa défense a vécu un match plutôt tranquille. Quant à l’aspect défensif, Mattheo Xantippe n’a pas toujours été tranquille face à Alberth Elis ou Dilane Bakwa. Remplacé par un Sebastian Ring appliqué mais tellement plus impactant (71′).

Gaël Kakuta (5,5) : c’est dans ce genre de match qu’on attend beaucoup de lui et on peut dire qu’on reste un peu sur notre faim après ce choc entre prétendants à la montée. S’il y a bien eu cette merveille de passe en profondeur pour Tolu Arokodare autour de l’heure de jeu, l’ancien Lensois a bien été pris par un Junior Mwanga très régulièrement dans sa zone. Au total, il n’a touché que 37 ballons et n’a pas été impliqué sur la moindre occasion franche. Le passage en numéro 10 derrière deux attaquants en cours de seconde période n’a pas forcément inverser la vapeur.

En bref : 

S’il est sauvé par une faute sifflée sur Fransergio en seconde première, après s’être mis tout seul en difficulté avec un contrôle trop long en plein coeur de sa surface de réparation, Nicholas Opoku est apparu plusieurs fois sur la brèche dans cette rencontre. Comme bien souvent, une de ses relances ratées aurait pu couter très cher à l’Amiens SC. Maintenant, sa capacité à remporter des duels au sol (9/13) sur des phases arrêtées plaide en sa faveur. Auteur d’une bonne entame de match, affichant une nouvelle fois une belle complicité avec Antoine Leautey Iron Gomis a rapidement décliné et progressivement disparu des débats. Son manque de punch sur ses prises de balle n’ont pas permis de faire des différences face au tonique Vital Nsimba. Remplacé par Papiss Cissé (63′), qui a encore une fois manqué une grosse occasion en position favorable en frappant au-dessus du but.

Relancé dans le onze de départ, Tolu Arokdare a eu le mérite de faire des appels, de se proposer dans la profondeur, histoire de faire parler sa dimension athlétique face aux bons mais parfois lourds défenseurs girondins. Malheureusement, le Nigérian a souvent été rattrapé par sa maladresse en ratant certains contrôles ou en étant plombé par des conduites de balle assez douteuses. Remplacé par George Ilenikhena, premier joueur né en 2006 à marquer dans les cinq grands championnats européens (deuxième division incluse). Le tout après avoir raté le cadre quelques instants plus tôt à bout portant.

Romain PECHON avec l’ensemble de la rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *