[J18] Amiens SC – Guingamp : les notes des Amiénois

Amiens SC Kakuta
Loic Baratoux/FEP/Icon Sport

Ultra-dominateur mais encore une fois trop longtemps maladroit dans le dernier geste, l’Amiens SC est logiquement ressorti frustré de son match nul contre Guingamp (1-1). Découvrez nos notes des Amiénois après cette 18ème journée de Ligue 2.

Les satisfactions :

Antoine Leautey (7) : comme d’habitude, il a avalé les kilomètres dans son couloir droit. Et s’il y a eu du déchet dans son jeu (22 ballons perdus), c’est parce qu’il s’est beaucoup engagé et qu’il a pris beaucoup de risques pour faire la différence. Après avoir été freiné par les blessures, Antoine Lerautey semble presque revenu à son meilleur niveau athlétique. Il bonifie son match en distillant une merveille de centre sur le but inscrit par Tolu Arokodare (89′).

Gaël Kakuta (6) : s’il n’a pas été décisif, le meneur de jeu congolais n’en a pas moins été rayonnant dans l’entrejeu. Suivi de près par Dylan Louiserre durant la quasi-totalité de la rencontre, l’ancien Lensois a tout de même réussi à se créer de l’espace pour tenter d’orienter le jeu de son équipe. Et à l’image de son coup de tête astucieux bien que manquant de puissance (14′), ses déplacements au cours de la surface de réparation adverse s’avèrent toujours aussi intéressants.

Iron Gomis (6) : incertain en raison du coup reçu au tibia à Thaon-les-Vosges, Iron Gomis a finalement pu tenir sa place et livrer une heure de jeu plutôt convaincante. Toujours aussi complice avec Antoine Leautey, il a souvent apporté le surnombre dans le couloir droit, évoluant tantôt dans le demi-espace tantôt le long de la ligne de touche comme sur le centre à destination de Papiss Cissé en fin de première période. Avec douze duels disputés en 60 minutes passées sur le terrain, il ne s’est clairement pas caché. Remplacé par George Ilenikhena, plutôt en vue pour sa première apparition en championnat.

Les notes de Amiens SC – Guingamp :

Amiens SC notes

Les déceptions :

Papiss Cissé (4) : préféré à Tolu Arokodare à la pointe de l’attaque, l’attaquant de 37 ans a manqué de l’instinct de tueur qu’il avait lui-même évoqué en avant-match. S’il est difficile de lui tenir rigueur de sa tentative hors-cadre dans le temps additionnel du premier acte, après une reprise en pivot en reculant (45+1), Papiss Cissé est beaucoup moins excusable lorsqu’il loupe le cadre à bout portant et seul devant Enzo Basilio (40′). Rapidement sur la pente descendante dès le retour des vestiaires, il a cédé sa place à un Tolu Arokodare (60′) qui est parvenu à débloquer son compteur près de quatre mois après son dernier but en championnat.

Nicholas Opoku (5) : un peu trop facile sur la longue ouverture amenant le but guingampais (53′), où il manque d’engagement dans son duel aérien avec Baptiste Guillaume, Nicholas Opoku a incarné une défense centrale pas toujours très sereine au moment de défendre vers son but face à des Guingampais pourtant loin d’être extrêmement tranchants sur les phases de transition. A la relance, il a eu le mérite de tenter de verticaliser le jeu sans toujours avoir la justesse technique espérée.

En bref : 

Auteur d’une bonne première mi-temps, notamment dans le pressing et la projection vers l’avant, Mattheo Xantippe a aussi incarné le déchet technique de l’Amiens SC dans l’avant-dernier geste. Si on ne peut rien redire de sa prestation défensive, pourtant face à un Jérémy Livolant qui représentait le danger numéro 1 à l’EAG, Formose Mendy doit définitivement faire plus à la relance notamment en attaquant les espaces devant lui histoire de créer le décalage et ainsi donner plus de vie aux phases de construction. Une observation qui fonctionne également avec un Mamadou Fofana, qui peine aussi parfois à sortir pour couvrir dans le dos de son piston. Dans l’entrejeu, Jérémy Gélin et Doums Fofana ont fait leur match sans pour autant montrer la meilleure version d’eux-mêmes.

Romain PECHON

Un commentaire

Commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *