[J14] VAFC – Caen : les tops et flops

Zinga VAFC
Maxime Le Pihif/FEP/Icon Sport

Bien revenu après l’ouverture du score caennaise, le VAFC n’a pas su insister dans le deuxième acte pour faire craquer le SMC. L’erreur défensive sur le but adverse coûte très cher à Valenciennes, qui n’a pu faire mieux qu’un match nul.

Les tops

Un premier acte agréable à voir

Dès l’entame, on a senti énormément de rythme dans cette rencontre du haut de tableau. Grâce à l’énorme opportunité d’Aeron Zinga à la deuxième minute de jeu, le ton était donné. Durant les vingt premières minutes, Valenciennes va priver son adversaire de ballon, sans pour autant parvenir à approcher les buts de Mandréa. Conséquence de cette domination stérile par moment, un contre éclair, achevé par Mendy pour l’ouverture du score. Un coup sur la tête pour les Nordistes, qui ne vont pas se laisser abattre pour autant. Trois minutes après ce but caennais, Zinga trouvait le fond des filets. Un but finalement refusé par l’arbitre du soir. VA a eu le mérite de ne pas lâcher jusqu’à obtenir ce qu’il voulait : le but égalisateur avant la pause. Grâce à un bon déplacement d’Ugo Bonnet, fauché dans la surface par le portier adverse, Joffrey Cuffaut a pu s’exprimer dans son exercice favori, le penalty.

Une défense impériale

Même si l’attaque valenciennoise n’était pas à la fête ce samedi, la défense valenciennoise a elle brillé par sa solidité. Surprise en contre en début de rencontre, l’arrière-garde nordiste ne va plus rien laisser passer par la suite. Pourtant Malherbe a eu plusieurs situations intéressantes, toutes renvoyées par la défense valenciennoise. Preuve de cette imperméabilité, Gautier Larsonneur n’a pas eu la moindre parade à faire suite au but de Mendy, alors que le portier est très souvent mis à contribution depuis le début de saison. La charnière centrale a montré beaucoup d’assurance, tout comme le milieu de terrain, rarement dépassé.

Les flops

Deuxième acte avec le frein à main

Alors que le premier acte était assez attrayant et disputé de chaque côté, le deuxième acte a clairement laissé les 11.000 spectateurs sur leur faim. Aucune frappe cadrée à recenser, très peu de situations avant le dernier quart d’heure de jeu, cette deuxième période n’a pas été à la hauteur des espérances. Avec 21 fautes sifflées, soit près d’une toutes les deux minutes, le rythme a été haché tout au long du deuxième acte, empêchant les phases de possession de part et d’autre. Comme l’impression qu’aucune des deux équipes ne voulait prendre le risque de se découvrir en fin de rencontre et de potentiellement perdre le match.

Une erreur, un but

Parti en contre, Aeron Zinga s’emmêle les pinceaux à 60 mètres de son but et concède une touche. Rien de bien grave a priori, sauf que vingt secondes plus tard, le ballon terminait sa course au fond des filets de Gautier Larsonneur. Malherbe, par une transition très rapide, décale le jeu sur le côté gauche et se projette. Ali Abdi percute et n’est pas inquiété par la défense, pourtant en surnombre. Le milieu de terrain est un peu trop attentiste et laisse Alexandre Mendy prendre l’intervalle. Un peu de laxisme qui va permettre l’ouverture du score adverse.

Arthur Lasseron

Un commentaire

Commenter
  1. Le but refusé à Zinga est hallucinant encore une fois. Le mec doit se couper les bras pour planter un but maintenant, non seulement ses bras étaient pas le long du corps mais recroquevillés.. Arbitrage L1 et L2 = même combat. Une belle opportunité pour rappeler à quel point les arbitres ont plombé la saison dernière valenciennoise, ils auraient été largement responsables de la descente

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *