[J13] Amiens SC – VAFC : les tops et flops amiénois

Kader Bamba Amiens SC
@MaxPPP

Ballotté pendant trente minutes, l’Amiens SC a profité du talent de Kader Bamba et de son abnégation collective pour faire chuter le VAFC (3-0) et l’emporter pour éviter de sombrer dans la crise. Découvrez les tops et flops après cette première victoire à domicile depuis six mois !

Les tops

Kader Bamba, ça change tout

Absent lors des deux derniers matches, qui ont vu l’Amiens SC ne pas parvenir à inscrire le moindre but, Kader Bamba a été l’auteur d’un retour tonitruant face au VAFC. A l’issue d’une première mi-temps où il a beaucoup décroché pour toucher le ballon et compenser les lacunes techniques dans les sorties de balle, l’ailier prêté par le FC Nantes a fait la différence sur une action attendue, où il a pu faire parler l’ensemble de ses qualités.

Lancé dans l’espace libre laissé entre Mathieu Debuchy et Emmanuel Ntim, Kader Bamba a fixé, provoqué, accéléré et poussé Ismaël Doukouré pour obtenir le penalty transformé par Arnaud Lusamba. En seconde période, Kader Bamba a définitivement fait basculer le destin de la rencontre, se rappelant aux bons souvenirs de sa toute première apparition sous le maillot amiénois début septembre en match amical contre QRM, en inscrivant une merveille de coup franc excentré. Avec trois buts inscrits en cinq matches, l’ancien Manceau est déjà indispensable.

Un changement de système payant

Comme annoncé, Philippe Hinschberger a décidé de trancher dans le vif pour ce match décisif pour son avenir à la tête du club. Outre les absences d’Adama Diakhaby, Iron Gomis et Jack Lahne, le technicien de 61 ans a adopté un tout nouveau système qui n’est pas sans rappeler le dispositif mis en place par Oswald Tanchot la saison dernière. « C’est la première fois depuis trois ans que je joue avec trois défenseurs, confiait Philippe Hinschberger après la rencontre. L’idée était de changer notre animation offensive, faire monter nos pistons et mettre certains joueurs dans de meilleures dispositions. »

Avec trois défenseurs centraux, Mickaël Alphonse dans un rôle de piston qui sied mieux à ses qualités de contre-attaquant et Arnaud Lusamba repositionné en tant que meneur de jeu, l’Amiens SC a retrouvé certains repères et surtout un peu plus de cohésion collective. Après avoir déjà hésité à changer son fusil d’épaule dès le déplacement à Dijon, Philippe Hinschberger a fini par rompre avec ses habitudes, à savoir un socle à quatre défenseurs. Et même si ce changement tactique n’explique pas tout, il n’est en rien anodin au moment d’analyser ce sursaut.

Une efficacité redoutable

Cinq tirs, trois tirs cadrés, trois buts. Face à Valenciennes, l’Amiens SC a fait preuve d’un réalisme cinglant. Sans occasion franche à se mettre sous la dent jusqu’au penalty obtenu par Kader Bamba et transformé par Arnaud Lusamba, les Picards n’ont guère eu plus d’occasions au retour des vestiaires. C’est même sur un deuxième coup de pied arrêté, avec cette merveille de coup franc du même Kader Bamba, que les Amiénois parvinrent à doubler la mise. Le troisième but résultait finalement de la troisième occasion franche permettant à Arnaud Lusamba de s’offrir un doublé, après une remise pleine d’intelligence de Tolu.

Un kop Tribune Nord Amiens droit dans ses bottes 

Lassé par la politique sportive du club depuis de longs mois, le kop Tribune Nord Amiénois avait décidé de se mettre en grève pour ce septième match à domicile de la saison. Outre une absence de chants, les plus fervents supporters de l’Amiens SC ont déployé des banderoles lors de l’entrée des joueurs sur le terrain avec un message bien précis à l’attention de Bernard Joannin : « Je pousse Pelissier vers la sortie, je réitère mes erreurs chaque saison, je fais confiance à un mafieux, je trahis mes supporters, je suis, je suis, je suis… »

Banderole Amiens SC Joannin
©MaxPPP

Si le scénario du match aurait pu l’amener à revoir sa position et à encourager son équipe, la partie centrale de la tribune nord est restée stoïque durant l’intégralité de la rencontre. A quelques instants du coup de sifflet final, certains se sont finalement fait entendre… pour réclamer la démission de John Williams le responsable du recrutement. Avant ça, quelques sifflets avaient accompagné l’entrée en jeu d’Eddy Gnahoré, de retour après plus d’un an et demi d’absence. De quoi prouver que ce résultat n’efface pas tout. Loin de là.

Les flops

Une première demi-heure à sens unique

Certes, Amiens a gagné son premier match à domicile de la saison. Certes, les Picards ont inscrit la bagatelle de trois buts. Cependant, le scénario aurait pu être tout autre si le VAFC avait fait preuve d’efficacité ou bien Régis Gurtner d’un peu moins de vigilance. Sans doute crispé par le contexte, l’Amiens SC était dominé au cours d’une première demi-heure à sens unique ou presque. Dans le sillage d’un bon Gaëtan Robail, qui finissait par s’éteindre au fil des minutes, les Nordistes ont eu plusieurs situations pour ouvrir le score. Dès lors, le scénario du match aurait été tout autre et la finalité peut-être bien différente au regard du déficit de confiance qui accompagnait la formation de Philippe Hinschberger depuis le début de la saison.

Romain PECHON

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans cet article ? Contactez la rédaction en précisant le titre de l'article