[J12] VAFC – USL Dunkerque : les tops et flops

Kevin Rocheteau USL Dunkerque

Si la météo a laissé tranquille les deux équipes durant la rencontre, le ciel s’est enfin un peu éclairci au-dessus des têtes dunkerquoises. Pour le VAFC, les gros nuages ont fait leur retour. Voici notre tops/flops du premier derby du Nord de la saison.

Les tops

L’étincelle Rocheteau

Buteur à chaque entame de période, Kévin Rocheteau est sans aucun doute le joueur du match. Accroché dans la surface à la première minute de jeu, il transforme lui-même le pénalty qu’il venait de provoquer. Il se changera de casquette et deviendra ensuite passeur pour le premier but cette saison de Désiré Segbe, servi idéalement dans la profondeur. Une casquette qu’il troquera à nouveau pour celle de buteur en début de seconde période, d’une somptueuse reprise du droit. Masterclass du début à la fin.

Romain Revelli (USL Dunkerque) : « On marque aux bons moments »

Le sang-froid dunkerquois

Dunkerque a réussi à faire ce que la Belgique hait par dessus-tout, remporter un match en ayant moins de possession que l’adversaire. Pourtant, les Maritimes ont trouvé le cadre deux fois plus souvent que le VAFC (six tirs cadrés à trois). Les occasions dunkerquoises n’auront pas été nombreuses, mais elles ont fini au fond pour une bonne partie d’entre elles, contrairement aux actions valenciennoises. Des temps forts valenciennois assez peu offensifs quand on observe le match d’un peu plus loin, puisque Vachoux n’aura été mis à contribution qu’en fin de rencontre.

Un stade garni

Mais outre le spectacle sur la pelouse, quel plaisir de retrouver plus de 10.000 personnes au Stade du Hainaut. Une soirée marquée par un vibrant hommage aux soignants du Centre Hospitalier de Valenciennes, massivement invités à cette rencontre. Dommage que la performance du VAFC n’ait pas suivi derrière. Tout était réuni pour que la fête se prolonge, mais l’USL Dunkerque est venu contrecarrer les ambitions valenciennoises.

Les flops

L’animation offensive valenciennoise

L’absence de Baptiste Guillaume, un Gaëtan Robail effacé, un Floyd Ayité en manque de confiance, rien n’allait dans le sens du VAFC ce samedi soir. En alignant un duo offensif Robail-Ayité, deux joueurs assez similaires, Olivier Guégan devait faire sans son seul attaquant de pointe, blessé à la cuisse. L’entraîneur de VA le disait lui-même en conférence de presse, « il manquait un numéro 9 ce soir (ndlr : samedi soir) ». Entre Robail et Ayité, ce sont 33 ballons qui ont été perdus par l’attaque valenciennoise. Il aura fallu attendre un exploit solitaire d’Hamache pour voir le VAFC inquiéter vraiment Vachoux pour la première fois de la soirée.

Olivier Guégan (VAFC) : « On s’est sabordé tout seul »

Une défense locale aux abonnés absents

Il n’aura suffit que 46 secondes à Emmanuel Ntim pour se tirer une première balle dans le pied. En accrochant Rocheteau dans la surface, le Ghanéen commençait de la pire des façons son match. Et alors qu’on pense VA en maîtrise, un mauvais alignement défensif va permettre à Rocheteau d’éliminer quatre joueurs en une passe vers Segbe, seul face au but. Pour conclure cette soirée noire, une grosse erreur de marquage donne tout le loisir à Rocheteau (encore lui) d’ajuster une superbe reprise du droit en tout début de deuxième période. En bref, un match à oublier entièrement ou presque pour la défense valenciennoise.

Un faux-rythme constant

Heureusement que les buts sont venus égayer un peu cette partie, car globalement, ce VAFC – USL Dunkerque ne restera pas dans les annales pour son « joga bonito ». On pouvait espérer avec un pénalty dès la première minute, à de véritables montagnes russes ! Eh bien pas du tout. Après l’ouverture du score, la tension est vite redescendue. Valenciennes faisait stérilement tourner le ballon, centrait à-tout-va (43 centres valenciennois dans le match), mais n’inquiétait jamais vraiment Vachoux. En deuxième période, même scénario. Rocheteau marque, puis le calme plat. Un éclair d’Ilyès Hamache est venu pimenter un peu la dernière demi-heure, mais c’est bien trop insuffisant.

Arthur LASSERON

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *