Iron Gomis (Amiens SC) : « On a conscience qu’il faut se réveiller »

Amiens SC Iron Gomis
Vincent Poyer/Icon Sport

Peu utilisé ces dernières semaines, Iron Gomis devrait réintégrer le groupe de l’Amiens SC pour le déplacement au Havre, samedi pour le compte de la 16ème journée de Ligue 2. Conscient de la dangerosité de la situation, le club picard n’étant que dix-neuvième à ce stade de la saison, le milieu de terrain garde néanmoins confiance et promet des lendemains plus glorieux. Entretien.

Comment abordez-vous le déplacement au Havre ?

Comme tous les matches depuis le début de la saison, ce sera compliqué. Il faut l’aborder avec l’idée de le gagner, pour cela il va falloir marquer plus que d’habitude sachant qu’on est bons défensivement actuellement. Il va falloir tout donner et ressortir de là-bas avec les trois points.

Qu’est-ce qu’il vous manque pour faire mieux ? 

Un peu de folie, je pense. On en a avec Kader Bamba, qui fait un peu de différences. Il faut aussi savoir concrétise nos actions. Même si on en a qu’une ou deux par match, il faut réussir à la mettre au fond. Les résultats négatifs font que la situation est difficile. Je suis persuadé que tout va s’enchaîner dès qu’on aura un résultat positif.

Le problème est qu’on est bientôt à la mi-saison et que vous n’avez gagné que deux matches…

Oui, mais je suis persuadé que ça va venir. Le football est fait de hauts et de bas. Je suis persuadé qu’on va se relever. Il faut juste oser, entreprendre et concrétiser.

Qu’est-ce qui vous permet d’en être persuadé ? 

On a les qualités pour, on a les joueurs pour. On a aussi la mentalité, ça va le faire. Comme on ne gagne pas, on craint un peu de perdre mais ça va venir.

C’est un discours qui rappelle la saison dernière sauf que le sursaut avait eu lieu un peu plus tôt et que la situation était moins problématique…

Comme l’an dernier, il faut faire une série. Gagner un match, deux matches, trois matches, ne surtout pas en perdre. Cela va bien se passer, je peux vous l’assurer. On a conscience de la situation, on sait que c’est compliqué. On a conscience qu’il faut se réveiller.

Le vestiaire est donc prêt à se révolter ? Parce que ce n’est pas vraiment ce qui transpire depuis le début de saison…

Personne n’est content de cette situation. Chaque lundi, on revient à l’entraînement avec de bonnes intentions, ça ne marche pas toujours le week-end mais il ne faut pas lâcher. Si le vestiaire donne le sentiment qu’il n’y a pas beaucoup de vie, c’est uniquement parce que les victoires ne sont pas là. Ce n’est pas un problème de mentalité dans le vestiaire.

Comprenez-vous les interrogations voire la défiance autour de cette équipe ? 

Je le comprends parfaitement. On attend plus de nous, nous aussi on en attend plus. Cependant, je suis persuadé que ça va finir par venir. Il faut juste un bon résultat et parvenir à enchaîner derrière. C’est jute une histoire de confiance, je ne suis pas du tout inquiet.

Propos recueillis par Romain PECHON

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.