Franck Haise (RC Lens) : « On a vite réintégré nos principes »

RC Lens Franck Haise
Johnny Fidelin / Icon Sport

En stage à Marbella, le RC Lens peut compter sur un groupe quasiment au complet qui a très vite réappris à vivre ensemble malgré de courtes vacances de deux semaines. Franck Haise fait le point sur ce retour à l’entraînement pour son équipe. Entretien.

Le bon état d’esprit qui caractérise le groupe du RC Lens est-il tout de suite revenu ?

Oui ça s’est bien passé dès le premier entrainement. On a fait une grosse semaine de travail a la Gaillette et c’était déjà très bien. Il y a aussi l’intégration de Julien Le Cardinal et de quelques jeunes avec nous sur la préparation. A chaque fois, il y a trois tables de joueurs et ils sont disséminés, les plus anciens les ont intégrés et ça c’est toujours bon signe ! On a doublé des séances et on a prévu une activité pour ce jeudi avec le groupe, avant de jouer samedi en quatre fois trente ou vingt-cinq minutes face à Montpellier, samedi, à 16h.

Quelle est votre stratégie pour cette préparation physique ?

On a d’abord laissé du repos aux joueurs sur les deux semaines. On savait que chacun allait s’entretenir un minimum, ce qu’ils ont fait. Il y avait déjà eu cinq mois derrière eux. Il va encore y avoir six mois de compétition à venir, on voulait donc qu’ils se ressourcent, ce qu’ils ont pu faire, avec maintenant quatre semaines et demi pour se remettre en route. On entre sur une préparation presque classique, en allant simplement un peu plus vite sur nos semaines de routine. Dès le mercredi, nous sommes entrés dans nos principes de jeu. On a vite réintégré nos principes et a partir de la semaine prochaine on sera quasiment dans des semaines classiques de compétition.

Arrivez-vous à ne pas vous focaliser sur la réception du PSG le 1er janvier prochain ?

Lens-PSG, je n’y pense pas. Le premier danger serait de penser à Paris avant Nice et même avant ça, de penser à Nice avant nos prochaines séances d’entraînement. C’est la meilleure façon de préparer le futur à long terme : penser à ce qui est en train de se jouer. Les projections ne restent que des projections. Après on aura le temps le 31 décembre ou 1er janvier de penser à Paris !

Propos recueillis par Adrien ROCHER

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *