Franck Haise (RC Lens) : « La maîtrise collective a penché en notre faveur »

Haise RC Lens
Philippe Lecoeur/FEP/Icon Sport

Vainqueur de Rennes (1-0) pour son premier succès depuis deux mois sur sa pelouse en championnat, le RC Lens a retrouvé le sourire. Franck Haise estime que ses joueurs ont réussi à surpasser son adversaire collectivement. Entretien. 

Franck Haise, est-ce la semaine de la relance ?

On a en tout cas fait deux bons matches assez différents face à deux bons adversaires. Ce sont deux résultats positifs pour nous après une période compliquée et c’est une bonne chose de renouer avec la victoire, c’est une évidence.

Vous n’avez jamais rien lâché pour aller chercher ces victoires…

Je pense que les joueurs y croyaient aussi. En première mi-temps, il y avait deux équipes qui se respectaient. Quand vous avez les deux équipes qui tirent le plus du championnat, généralement, elles ne partent pas à l’abordage dans tous les sens. En tout cas, on n’avait pas décidé ça, mais plutôt de défendre en bloc parce que d’une part, c’était Rennes et d’autre part, on en avait besoin, tellement on encaissait de buts ces derniers temps. Pour avoir des résultats sur la durée, il faut pouvoir mieux défendre, que chacun remplisse son rôle. C’est là-dessus que j’avais insisté. Il fallait animer encore un peu mieux et on a pris le dessus au fil de la seconde période. Je pense que la maîtrise collective a penché en notre faveur, c’est rare que Rennes subisse autant dans la maîtrise. Sur la deuxième, on était plus proche de marquer que le contraire. Ça a été construit.

La plus grosse satisfaction ne vient-elle pas du « clean sheet » ?

Ça faisait depuis le match de Troyes, en Ligue 1 ! Pour avoir une volonté de faire des résultats dans la durée, il faut être solide, bien évidemment, et on l’a été parce que Rennes n’a cadré aucun tir, il me semble. Quand on sait que c’est Rennes en face, ça veut dire que ceux qui ont joué, titulaires ou entrants, ont bien défendu et c’est important.

Selon vous, qu’est-ce qui a fait la différence en fin de match ?

Sur la deuxième mi-temps, on a d’abord accentué notre maîtrise collective et ils ont eu de plus en plus de mal à tenir le ballon, le ressortir à part sur quelques transitions. On a eu beaucoup plus de maîtrise et ça use l’adversaire à un moment. On a eu des corners, des centres, et même s’il n’y avait que 5 000 personnes, on était aussi à domicile. On sentait une équipe qui était en train de prendre l’avantage. On aurait pu l’avoir dans la maîtrise et faire 0-0 aussi, mais ça nous a permis d’y croire un peu plus.

Sur le plan mathématique, c’est un succès qui a une grande importance…

En perdant, on aurait vu bon nombre d’équipes s’éloigner, dont Rennes. Ce qui me fait plaisir, c’est de renouer avec la victoire de cette manière, d’avoir ces trente points à ce moment de la saison. Ce n’est jamais anodin d’être à 1,5 points de moyenne, avec en plus les derniers matches que l’on a connus où l’on a perdu des points alors qu’on aurait pu gagner certains matches. C’est un bon boost pour commencer cette phase « retour ».

Cette semaine peut-elle vous faire rebasculer dans le bon sens ?

Le football est fragile ! Avant Lille, j’ai dit aux joueurs que même si on a eus une période plus difficile, quelles sont les équipes qui n’en ont pas ? Je ne vais même pas parler de budget, mais tout le monde a des périodes difficiles dans une saison. C’est très rare de faire une saison sans être accroché ou enchaîner quelques défaites. Il faut juste passer ces moments, continuer à croire en son projet et en ses joueurs. Je crois en eux parce qu’ils l’ont montré, le montrent chaque jour à l’entraînement. Il fallait passer cette période, récupérer quelques joueurs aussi, retrouver de la fraîcheur pour certains. Je ne sais pas ce qu’il se passera sur les prochains matches, mais cette semaine, on a montré qu’on était bien là.

Propos recueillis par Emilien PAU

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans cet article ? Contactez la rédaction en précisant le titre de l'article