Franck Haise (RC Lens) : « Ce n’est pas logique que l’on soit là »

RC Lens
Anthony Dibon / Icon Sport

Si le RC Lens fait partie des meilleures équipes du championnat de France depuis son retour en Ligue 1, Franck Haise estime que le club artésien surperforme depuis tout ce temps et ne devrait pas être à cette place.

Comment abordez-vous Lyon ?

Ca reste Lyon. Ca fait partie des équipes taillées pour les trois premières places ou les cinq quand ça va moins bien. Ils sont plusieurs dans cette situation, ce n’est pas notre cas parce que certes on fait des performances sportives depuis trente mois, mais il ne faut pas oublier que c’est de la surperformance sportive. Ce n’est pas logique que l’on soit là, mais si on peut y rester, on va y rester. On est content d’y être, mais ça reste de la surperformance.

Cela permet-il d’assumer un certain statut ?

On n’a pas le statut de top 5. On avait le seizième budget il y a deux ans, quinzième l’année dernière, douzième cette année. On a le statut en compétition parce qu’on s’est mis sportivement à ce niveau d’être dans les sept premiers depuis trente mois. Mais c’est le statut sportif. Celui du club n’est pas celui-là, mais c’est bien parce qu’on surperforme depuis trente mois qu’on a le statut sportif. Je suis content de l’avoir, on va tout faire pour y rester mais ce n’est pas celui du club. Je le répète parce que je connais l’environnement de Lens. Il ne faut pas se prendre pour d’autres. Si certains pensent qu’on est armé pour jouer la Ligue des Champions, il faut regarder les choses en face, ce n’est pas la réalité mais si on peut la jouer, on va la jouer un jour. J’ai dit aux joueurs que si on ne met pas les ingrédients que l’on met depuis trente mois, et ce n’est pas facile de le faire depuis si longtemps, notre place sera en milieu de tableau. C’est parce qu’on est à 100, 110 voire 120% que l’on fait ce que l’on fait depuis trente mois. Il ne faut jamais l’oublier. Le jour où on est à moins de 100, on ne sera pas à cette place. C’est difficile de tenir ce niveau, mais mon rôle est de dire aux joueurs de continuer parce que dès qu’il y en a un ou deux ou trois qui en met un peu moins, ça se voit. On ne peut pas se relâcher, jamais. Si on le fait, on retournera à un niveau différent de celui que l’on a depuis trente mois.

Travaillez-vous mieux que les autres ?

Je ne dis pas ça mais dans le recrutement, on sait que l’on travaille bien, avec le staff aussi. Il n’y a pas de recette mais c’est parce qu’il y a un alignement jusque là entre les joueurs, le staff, la direction sportive et la direction. C’est ça la vraie clé.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *