Francis De Percin (Amiens SC) : « On sait très bien que la marge est très fine »

Francis De Percin Amiens SC
Hugo Pfeiffer/Icon Sport

Bien que satisfait du bon début de saison de l’Amiens SC, Francis De Percin a tenu à rester prudent avant le déplacement à Rodez, comptant pour la 10ème journée de Ligue 2. Pour l’historique et fidèle adjoint de Philippe Hinschberger, l’édifice demeure encore fragile à ce stade si peu avancé de la saison. Entretien.

Francis, avez-vous fixé une feuille de route par rapport à propos de ce mois d’octobre qui attend l’Amiens SC ?

Non, on prend les matches comme ils viennent, on ne se projette pas. Négocions bien notre match à Rodez et on pensera à Dijon après. Chaque chose en son temps.

Quel regard portez-vous sur votre adversaire ? 

Ils ont fait déjouer le PFC et j’ai pris beaucoup de plaisir à voir ce match à la vidéo. Ils ont fait un très bon match là-bas en étant très solides. C’est vrai qu’ils restent sur deux nuls et une défaite à domicile mais il ne faut pas s’accrocher à ça. Ils reviennent bien et il va falloir rester prudent. Ils ont eu des résultats positifs dernièrement, commencent à proposer des choses intéressantes dans le jeu. Ils ont eu des changements à l’intersaison et il a fallu du temps pour que les nouveaux intègrent les principes du coach Peyrelade. Je trouve qu’ils ont plus d’assurance dans le jeu aujourd’hui.

Est-ce le match pivot pour faire basculer quelque chose à l’extérieur ?

On se dit que pour avancer dans ce championnat et pour atteindre notre premier objectif des 42 points, il faut faire des séries. On a gagné contre Niort et on a envie d’aller faire un résultat à Rodez pour poursuivre cette série. On ne pense pas au classement parce que la saison est encore longue, mais on veut prendre des points pour avancer et atteindre cet objectif rapidement.

Avez-vous le sentiment que l’Amiens SC est un peu plus attendu après son bon début de saison ?

Il ne faut pas s’enflammer. Bien entendu que ça fait parler d’être quatrième mais on est aussi conscient des prestations que l’on a réalisées. On n’a jamais vraiment dominé notre sujet, on n’a jamais gagné 4 ou 5-0. On sait très bien que la marge est très fine. On reste à notre place, on travaille, on est rigoureux pour continuer à avancer.

On imagine que vous êtes méfiants dans le staff sur les excès de confiance…

Même si aujourd’hui on est quatrième, il ne faut pas s’enflammer. La route est longue et même si on a gagné 3-0 contre Niort, ça ne s’est pas joué à grand chose. La première mi-temps n’a pas été simple, on a su dévérouiller le match en deuxième sur une récupération haute et avec le carton rouge, ça a facilité le match. Mais on s’aperçoit que chaque match est difficile et ça sera le cas à Rodez. On reste humble, on travaille et on fait en sorte que le groupe ne s’enflamme pas, reste les pieds sur terre pour avancer.

Avez-vous pu profiter de la trêve pour avancer sur la complémentarité des attaquants ?

C’est le plus dur ! Travailler sur l’animation offensive, trouver des complémentarités, c’est le plus dur. On s’attache toute la semaine à mettre les attaquants en relation pour qu’ils puissent apprendre à se connaître, à mieux se déplacer les uns par rapport aux autres et être efficace dans notre jeu. C’est l’objectif principal quand on travaille nos animations, mais ce n’est pas le plus simple.

Propos recueillis par Romain PECHON

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *