Emmanuel Ntim (VAFC) : « Il ne manque pas grand chose »

VAFC Ntim
Anthony Dibon/Icon Sport

Auteur de l’ouverture du score face à Guingamp (1-1), Emmanuel Ntim a longtemps pensé contribué au troisième succès du VAFC à domicile cette saison. Mais encore une fois, les Nordistes n’ont pas tenu la distance. Entretien.

Emmanuel, quel sentiment prédomine après ce scénario vu et revu cette saison ?

Franchement, on est déçu parce qu’on avait l’avantage et on a laissé le match comme ça… Il faut que l’on travaille dur et on verra la suite.

Vous avez enfin marqué sur coup de pied arrêté…

C’est un point positif ! C’est ce que je voulais faire et par la grâce de Dieu j’ai réussi. Ce n’était pas facile parce que j’étais bien marqué mais avec ma course, les mouvements que j’ai fait, j’ai pu marquer. Je dois continuer là-dessus parce que je ne sais pas combien de buts je peux encore marquer sur les dix-huit derniers matches, même si ce n’est pas mon travail. Pour un défenseur, tant que tu gagnes pas, tu es frustré. Il faut que je travaille parce que j’ai beaucoup de choses à améliorer.

Qu’est-ce qui vous a manqué pour l’emporter ?

Il ne manque pas grand chose. Il y avait des cas de Covid dans les deux équipes, il nous manquait notre attaquant qui nous aide à chaque fois et c’était un peu compliqué. Ils nous ont mis sous pression, on a essayé de tenir le match mais malheureusement on a pris un pénalty et un carton rouge. Il faut que l’on continue à bosser et ça va aller.

Vous paraissiez pourtant en maîtrise en première mi-temps…

On était très bien, on avait le match en main mais il faut que l’on devienne « tueur » en match. On aurait dû mener de deux ou trois buts pour tuer le match mais on n’a pas su le faire et ça a joué en deuxième mi-temps. Il faut que l’on travaille là-dessus.

Alors que vous plafonnez depuis plusieurs semaines, diriez-vous qu’il faut vite sécuriser le maintien et ne plus parler d’autre chose ?

Notre objectif est de prendre match par match, on ne se dit pas maintien ou quoique ce soit. On verra à la fin de la saison.

Comprenez-vous la crainte des supporters ?

Pour l’instant, bien sûr que je les comprends. Quand tu supportes une équipe pour qui c’est compliqué, ce n’est pas facile. Tout ce que je peux dire c’est que l’on va travailler pour les rendre heureux cette saison. Il ne faut pas qu’ils lâchent, il faut qu’ils nous soutiennent et ça va tourner.

Qu’est-ce qui vous permet d’être optimiste ?

On a bien fait la saison dernière même si on a fini onzième, mais avant les derniers matches, on était huitième, on était bien. Il y a des joueurs expérimentés dans l’équipe et je sais que collectivement on peut faire mieux. Je n’ai aucun doute sur cette équipe.

Tous propos recueillis par Romain PECHON

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans cet article ? Contactez la rédaction en précisant le titre de l'article