Eddy Zdziech (VAFC) : « Des propos d’une violence inouïe »

Zdziech
FEP/Panoramic/Imago

D’habitude très calme dans le paysage médiatique, Eddy Zdziech a choisi d’accorder sa réponse publique aux propos de Patrick Partouche au 11 Valenciennois. Le président valenciennois répond officiellement à son actionnaire minoritaire dans une lettre.

Attaqué par les propos tenus par Patrick Partouche il y a quelques jours dans le journal L’Equipe, le président du VAFC, Eddy Zdziech, a tenu à répondre publiquement. Il a tenu à adresser une réponse officielle à Patrick Partouche, avant de commenter pour nous cette réponse.

La réponse officielle du président du VAFC, Eddy Zdziech :

« Patrick Partouche a perdu son sangfroid.

Linterview quil a accordé au journal LEquipe ma profondément choqué, meurtri

Ses mots sont dune violence inouïe. Il parle de moi en disant : le type, et je serai donc un dictateur dont il serait la victime

Le club représente beaucoup pour lui !!!

étaitil en 2014 lorsque les fonds propres du club étaient à moins 10 millions d€uros et la dette à près de 12 millions

Combien de fois les actionnaires actifs du club l‘ontils vu

Combien de fois estil venu au Hainaut pour soutenir notre équipe ? Une seule fois depuis linauguration en 2011 du stade du Hainaut

Il prétend avoir récupéré en justice une partie de son argent. Cela est totalement faux. Cest tout simplement à sa demande que cette somme lui a été reversée.

Il est le seul actionnaire avoir demandé chaque année le remboursement de ses intérêts de comptes courants dassocié.

La financière Partouche a certes investi un peu plus de 2 millions d‘euros dans le club mais cela est à comparer au plus de 10 millions d‘euros investis par les autres actionnaires fidèles et totalement derrière le projet du club dont les fonds propres étaient au 30 juin 2021 à + 7,5 millions deuros comme en témoigne le graphique cijoint.

<< Si le club tombe plus bas, on ira le chercher quil soit >

Il aurait ajouter : et pour pas cher. Cest sa stratégie et il nhésite pas à tenter coûte que coûte de déstabiliser notre club. Se dire préoccupé par la situation du club mais lui espérer le pire à des fins personnelles, est le summum de lhypocrisie. « 

Eddy Zdziech, comment avez-vous réagi au premier abord aux propos tenus par M. Partouche ?

Je suis assez simple dans la vie, je suis un industriel qui travaille. Je n’ai jamais été trop médiatique, mais là, je vais le faire. On a quand même atteint un summum avec la diffamation de Patrick Partouche au journal L’Equipe. Ce sont des propos d’une violence inouïe. Il parle de moi en disant « le type », que je suis un dictateur. J’ai 66 ans, les gens qui me connaissent ne comprennent pas ces propos. Je peux comprendre que ce soit le football, mais diffamer à ce point, on y va fort.

Patrick Partouche sous-entend qu’il ne se passera rien tant que vous êtes aux commandes du club, êtes-vous d’accord avec ces propos ?

Dépeindre la situation du club comme si c’était une catastrophe… Non, le club est bien là, sur ses fondations, avec un super projet, qui démarre à la formation, qui arrive chez les pros. Un projet basé au cœur de notre territoire. On a tendu la main au club de Feignies-Aulnoy pour aider à la réception du Paris Saint-Germain.

Financièrement, comment se porte le club après la crise sanitaire ?

La situation économique s’est nettement améliorée. On voit bien l’évolution des fonds propres du club. C’est l’élément référence que retient la DNCG pour voir si le club avance ou n’avance plus. J’ai eu la chance de succéder à Jean-Louis Borloo en août 2014, et les chiffres parlent d’eux-mêmes. Je n’en fais pas grande publicité, mais il faut répondre aux gens qui disent que l’on ne fait rien. Il y a quand même beaucoup de travail derrière, ce qui permet au club d’entrevoir la suite de bonne manière. Il faut savoir ce que l’on veut.

Propos recueillis par Arthur LASSERON

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.