Eddy Zdziech : « La Ligue 1 ? Et pourquoi pas Valenciennes ? »

Zdziech VAFC
Le 11 HDF

A deux jours du premier match de la saison au Hainaut pour le VAFC, Eddy Zdziech a accordé un long entretien à nos confrères de la Voix du Nord. L’occasion pour le président valenciennois d’évoquer ses objectifs pour la saison à venir, un an après un objectif top 5 très éloigné de la réalité du terrain. 

Le VAFC a des atouts

« Dans ce club, il y a tout ! Un beau stade mais aussi un centre de formation qui est classé dans les 10 premiers de France. Ce qui est, au passage, une belle performance pour un club comme Valenciennes. Aujourd’hui, tout le monde reconnaît la qualité de sa formation! Il y a, aussi, un super centre d’entraînement. Une belle ville, bien située. Franchement, tout est réuni! Par contre le foot français aujourd’hui, quand on regarde la L1 et la L2… du monde, il y en a! Saint-Étienne, qui se retrouve en L2. Mais aussi Metz. Ou encore Bordeaux. Sans oublier d’autres qui tentent depuis longtemps de monter et qui n’y arrivent pas. Et nous !

L’exemple Clermont

« L’an passé, il y a des clubs, pas plus gros que nous, pas meilleurs, pas moins bons non plus, qui ont eu cette chance de monter. Car tout à coup, il s’est passé quelque chose sur le terrain. C’est le fruit sans doute d’un recrutement intelligent, bien complémentaire. Et c’est comme ça pour toutes les équipes: un moment donné, on voit sur le terrain si tout le travail qu’on a effectué porte ses fruits. Ajaccio, sérieux toute l’année et très équilibré dans ses lignes, est monté l’an passé. C’était Clermont-Ferrand il y a deux ans. Et pourquoi pas Valenciennes? En tout cas, sur les 20 équipes en lice, il y en a 2 qui accéderont et 4 qui devront aller voir ailleurs si elles y sont. Et c’est toute l’incertitude du football. Mais pourquoi un budget moyen de Ligue 2, comme le nôtre, ne pourrait pas faire partie des cinq premiers ou des deux premiers du classement ?»

Le VAFC finira par être récompensé 

« Valenciennes intéresse et peut intéresser du monde. Ça veut dire que notre projet est reconnu. Valenciennes est un bon projet en Ligue 2, un beau projet local et régional, un beau projet dans le foot français. Et sincèrement, je pense que demain ou après-demain… Ça sera le tour de Valenciennes. Je parle de l’accession en L1. Car le staff bosse, les salariés travaillent énormément, le centre de formation, aussi. On a un groupe de joueurs avec qui il est intéressant de travailler et pour qui il est intéressant de travailler. Et je reste persuadé que les anciens, avec les jeunes et les tout jeunes qui arrivent, ça peut faire un truc très sympa. »

« Un budget de Ligue 2 pour un club de Ligue 1 »

« Notre budget n’est de loin pas un budget ridicule. Mais l’une des problématiques que rencontre un club comme le nôtre, c’est que ce budget n’est pas destiné qu’aux joueurs pro. Il y a un centre de formation, reconnu. Il y a un stade, très beau mais un peu cher. Et derrière, il y a la masse salariale joueurs. Comparé à des clubs qui, quelques fois, n’ont pas tout ça, on serait tenté de dire, parfois, qu’on a un budget supérieur aux leurs. Mais on a des charges de fonctionnement qui sont beaucoup plus importantes. Alors on est contents de tout ça, du centre de formation, du stade, du centre d’entraînement, de l’association où quelque quelques sponsors viennent heureusement soit mettre une «pub», soit mettre leur logo sur le maillot des jeunes. Mais c’est la SASP qui paye tout. Sans aide des collectivités territoriales locales. Donc voilà, c’est un très beau budget, c’est un beau club, qui a tout de la Ligue 1 avec un budget de Ligue 2.»

Source : La Voix du Nord

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans cet article ? Contactez la rédaction en précisant le titre de l'article.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.