Désiré Segbe (USL Dunkerque) : « On a été très efficace devant »

Segbe Dunkerque
FEP/Panoramic/Imago

Pour la première fois buteur avec l’USL Dunkerque face au VAFC, Désiré Segbe était satisfait de la rencontre effectuée par les siens. L’international béninois était heureux de repartir avec les trois points, obtenus très efficacement dans ce derby du Nord. Entretien. 

Quel est le sentiment qui prédomine ?

Il y a beaucoup de joie et de satisfaction. Le premier but est toujours difficile à mettre et j’espère enchaîner maintenant. Je suis content de cette victoire. On a quand même été dominé, il ne faut pas se mentir, mais je suis content de repartir d’ici avec les trois points face à une très belle équipe de Valenciennes.

[J12] VAFC – USL Dunkerque : les notes des Dunkerquois

Ça a été un réel combat…

C’est vrai ! On a joué Valenciennes qui est une très belle équipe, on a beaucoup couru, mais on a été très efficace devant. On n’a pas tiré plus de cinq fois, mais on a mis trois buts ! Ils ont frappé beaucoup plus que nous, mais n’ont pas eu notre réussite. Dans la possession, ils ont beaucoup plus joué que nous, mais on avait un bloc assez compact et solide. On a bien joué les contres et ça a payé.

Vous avez été amené à beaucoup défendre…

Sur les matches comme ça, je n’ai pas trop le choix. Le coach savait de toute façon que ça allait se passer comme ça. Il m’a prévenu, m’a dit ce qu’il attendait de moi et je me suis tout simplement mis au service du collectif. Si je dois défendre pour que l’on gagne, je le fais. C’est ce que j’ai essayé de faire.

Dunkerque a-t-il enfin retrouvé la forme ?

Peut-être que vous (ndlr : les journalistes) ne nous croyiez pas, mais au fond de nous, on sait qu’on a perdu des matches que l’on ne devait pas perdre avec des buts pris à la dernière seconde. Forcément, en revoyant les matches, on se disait que c’était la faute à pas de chance parce qu’on pouvait obtenir des nuls ou même gagner, mais ce n’était pas arrivé. On y croyait de toute façon. Aujourd’hui, ça paye et je suis très content.

L’apport des dernières recrues se fait-il ressentir dans cette série ?

C’est sûr qu’ils nous apportent beaucoup. Mais je pense surtout que notre force, c’est qu’on a un groupe qui vit bien. On se dit les choses librement, simplement. Les recrues ont été très vite intégrées dans ce groupe-là et ils nous apportent quelque chose. Ça a créé une nouvelle dynamique et tant mieux parce qu’on est content de les avoir.

Aller en sélection vous a-t-il fait du bien ?

Beaucoup ! Ça me fait toujours du bien d’aller en sélection parce que c’est mon pays et ça n’a rien à voir avec le club. Quand vous allez en sélection, vous savez que vous représentez le pays et c’est quelque chose d’énorme. Il y a une ambiance incroyable, on chante et on danse tout le temps. On revient forcément avec le sourire ! On n’appréhende pas les matches de la même façon, il y a une sorte de pression, mais le positif, c’est qu’on est tous potes, il n’y a pas de star en sélection et forcément, quand je reviens, je suis tout frais mentalement, je me sens bien. Ça m’a vraiment fait du bien.

Cette fraîcheur mentale a peut-être joué dans votre titularisation…

Quand je rentre de sélection, je fais tout pour être prêt parce qu’il y a toujours match quelques jours après et je suis professionnel, je me mets au service de mon club. J’ai toujours été prêt à jouer, après le coach fait ses choix et moi, j’ai juste à les respecter et à continuer à travailler. Il m’a parlé, m’a dit que j’allais démarrer, ce qu’il attendait de moi, m’a mis en confiance dans son discours et ça m’a fait du bien parce qu’on a besoin de savoir où on en est et savoir le pourquoi du comment. La discussion qu’on a eue hier (ndlr : vendredi) a été très bénéfique pour moi. De toute façon, j’étais revenu frais de sélection, en pleine forme physiquement et mentalement.

Propos recueillis par Emilien PAU, avec A.R.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *