David Guion (Reims) : « C’est une grosse déception ! »

Très déçu à l’issue du match nul entre l’Amiens SC et le Stade de Reims, David Guion a fustigé l’arbitrage de Monsieur Hamel, à l’origine de plusieurs décisions contestables.

Un arbitrage qui fait jaser

« C’est une grosse déception de ne pas avoir remporté ce match qu’on maîtrise, notamment sur la première mi-temps. Ensuite, il y a des choses difficilement compréhensibles, avec ce penalty tellement flagrant, même sans la VAR, sur Moussa Doumbia. Il y a aussi une main décollée du corps de Christophe Jallet. Amiens nous a mis en danger que sur un long ballon et là l’arbitre va voir l’écran pour donner un penalty. Les décisions arbitrales nous ont encore été très contraires. En ce moment, on n’est pas bien loti. »

Propos recueillis par Romain PECHON

A lire aussi : 

L’Amiens SC a vraiment évité le pire

Moussa Konaté (Amiens SC) : « De la déception »

Un commentaire

Commenter
  1. MR Guion,

    Vous n’êtes pas parmi les plus mal lotis en L1 cette saison et surtout, même si erreur d’arbitrage il y a, ça ne mettra pas le classement du Stade de Reims en péril, à moins que nous ne visiez une qualification en LDC ??? En général ça s’équilibre sur la saison.
    Globalement Amiens est beaucoup plus desservi que vous par l’arbitrage, on l’a encore vérifié samedi dernier contre Montpellier….. match où Amiens s’est clairement fait voler et a clairement joué à 12 contre 11…..
    Et si c’est évidemment toujours bien d’obtenir un pénalty, encore faut il le transformer….(Amiens en sait quelque chose), donc 1 ou 2 pénalties non sifflets ne signifie pas obligatoirement qu’ils auraient été transformés dans le cas contraire, et le résultat d’un match ne peut se résumer que sur ce seul fait de jeu.

    On remarque aussi actuellement que chaque fois qu’une équipe n’arrive pas à gagner à la Licorne (chose malheureusement assez rare depuis quelques temps…), le coach se plaint systématiquement de l’arbitrage en conférence de presse, car il aurait été victime de mauvaises décisions.

    C’est petit !

    Et puis après tout, à chacun d’avoir son Karim Abed !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *