David Da Rocha (Amiens Portugais) : « Pas plus mal que l’on puisse jouer »

Capitaine de l’Amiens Portugais, David Da Rocha a livré ses impressions au 11 Amiénois après un début de saison compliquée, ponctué par un changement d’entraîneur et deux rencontres « à domicile » joués sur un autre terrain que le leur. Entretien avant la réception de Breteuil, demain après-midi..

David Da Rocha, comment se sent l’équipe avec cette séquence compliquée ?

Ce n’est pas évident mais ça nous permet de travailler et de faire des entraînements puisqu’on le fait au chapitre. Ce n’est pas plus mal que l’on puisse jouer.

C’est le grand écart avec Michelet !

C’est sûr, oui. Pour jouer et appliquer le jeu que Benoit demande, c’est tout de même mieux d’être au chapitre qu’à Michelet !

Benoit Sturbois nous disait que beaucoup de joueurs avaient du mal à s’adapter à la surface, ce n’est pas évident à gérer…

J’ai connu ça en jeunes à l’Amiens SC mais ça fait un bout de temps que je n’ai pas joué sur cette surface. J’arrive à un âge où c’est plus traumatisant pour mes vieux os. C’est sûr que ça nous change de l’herbe, mais ça nous permet de nous entraîner et de travailler. Ca se passe comme ça dans tous les autres clubs !

Quel regard portez-vous sur ce début de saison à rebondissements ?

C’est plutôt compliqué depuis le premier match officiel de la saison où l’on avait pris une fessée (sic) à Gamaches, en coupe de France. Ce n’est pas facile avec tous les changements au niveau de l’effectif. Physiquement, on n’était pas au même niveau. Je crois qu’on a fait quatre matches avec le duo Florian-Nordine avec une victoire, un nul et deux défaites. On a eu du mal à se mettre dedans et à démarrer la saison. Le président a pris une décision concernant le duo de coach et il y a eu un changement avec l’arrivée de Benoit à la tête de l’équipe, qui apporte une nouvelle façon de travailler et un nouveau projet de jeu. Ce que l’on fait à l’entraînement est intéressant, on bosse bien. Il demande pas mal de réflexion aux joueurs par rapport à ce qu’il se passe sur le terrain, c’est plutôt pas mal. Il me fait penser à Manu Pires que j’ai eu dans mes années de formation à l’Amiens SC.

Comment le groupe a réagi au changement d’entraîneur ?

Dans l’ensemble, ça ne nous a pas choqué parce que l’on connait les compétences de Benoit en tant que coach, il les a prouvés à l’AC Amiens, mais aussi à l’ASC en ce moment, et il va le prouver chez nous, à condition que l’on fasse ce qu’il faut. Je n’ai pas été choqué par ça mais plus par la façon dont ça a été fait. On connait aussi le président, il est un peu impulsif. C’était comme ça. Le staff reste toujours le même, Florian a pris l’équipe réserve, Nordine est toujours l’adjoint, donc c’est le même staff mais il y a une nouvelle façon de bosser.

Le président nous a dit que vous étiez dans la confidence en tant que capitaine. Avez-vous pesé dans ce choix ?

Je ne pense pas. Il avait déjà sa petite idée. Il voulait mon avis pour savoir si ça allait perturber le groupe et je lui ai dit que non. Il a demandé à d’autres cadres qui lui ont dit la même chose. Ça s’est fait comme ça et on fera les comptes à la fin de saison.

Avant de se faire ces comptes, il y a ce match à Breteuil, demain…

Ca va être un match compliqué. Je n’ai jamais gagné contre Breteuil ! Ce sera un beau challenge et on pourra où l’on en est par rapport au travail effectué depuis un mois. Ce sera un bon test parce que je pense que l’on n’est pas à notre place au classement. A nous de faire le travail et de répondre sur le terrain.

Tous propos recueillis par Romain PECHON

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *