Christophe Huck (Longueau) : « Il faut s’engager plus, essayer de prendre du plaisir »

Alors que Longueau a démarré 2023 par une énième défaite en match en retard il y a quinze jours de cela à Marcq-en-Baroeuil, Christophe Huck ne se fait plus beaucoup d’illusion sur l’issue de cette saison aux allures de long chemin de croix. Néanmoins, l’entraîneur du promu attend un sursaut dans les attitudes face à la réserve de l’Amiens SC, tout en sachant que son groupe manque selon lui de charisme. Entretien. 

Christophe, dans quel état d’esprit abordez-vous ce match contre la réserve de l’Amiens SC ? Sentez-vous un peu le groupe en mode « commando » après le resserrement de celui-ci ces derniers jours ?

Comme on a abordé tous les matches précédents. Le groupe est toujours resté concerné. On avait fait le choix de mettre des joueurs en équipe réserve sur une logique sportive. Ensuite, ils ont fait un choix personnel en décidant de quitter le club. Ce choix est respectable, je n’ai pas de commentaire à faire là-dessus. Maintenant, la problématique est qu’on a eu une période sur les matches de Croix, Maubeuge, Feignies où on avait ressenti une forte progression. On était vraiment à deux doigts de réaliser ce que peu de monde nous pensait en capacité de faire. Ensuite, ça s’est dégradé, sachant qu’il n’était pas simple de garder la confiance. Il faut que chacun aille puiser encore un peu plus profond en soi, en ses capacités mentales. La situation n’est pas évidente mais tout le monde travaille dans un bon état d’esprit. Cela reste cohérent.

Tout le monde a conscience que l’objectif maintien n’est quasiment plus d’actualité. L’objectif est-il de terminer la saison dignement en donnant au moins le meilleur de soi-même ?

Plus personne ne parle de maintien ou de quoi que ce soit, ce serait incohérent d’en parler dans notre situation. La chose qui nous perturbe le plus est d’être à zéro point. Je pense que les garçons méritaient vraiment un peu mieux que ça. Il y a eu des matches où on méritait plus que ce qu’on a obtenu. On a encore zéro point et ce n’est pas évident de porter ce fardeau sur ses épaules, que ce soit pour les joueurs, le staff et pour l’ensemble du club. Maintenant, on se remobilise à chaque fois, on ne lâche pas et on ira le plus loin possible comme cela. Je ne sais pas jusqu’où ça va nous amener mais on a envie d’essayer maintenant ou plus tard, en gardant en tête qu’il y a un rapport de forces à prendre en compte, de débloquer rapidement le compteur. Le fait d’avancer avec zéro point fait vraiment mal. Comme dans la vie, le premier pas est toujours le plus compliqué et ce sera peut-être le cas pour nous avec la première victoire. Je ne dis pas que ça pourrait dérouler derrière si on parvenait à l’emporter une première fois. En tout cas, ce serait bien de s’enlever ce poids du premier point. C’est facile à dire mais si on ne l’a pas encore réalisé, c’est parce que c’est difficile à concrétiser pour nous, avec les moyens qui sont les nôtres, avec nos potentialités.

L’idée est donc de jouer en oubliant toute considération de résultat et en se concentrant sur la performance…

J’espère juste que les garçons finiront par être récompensés du travail réalisé et de ce qu’ils ont produit dans beaucoup de rencontres. Par contre, ce n’est pas possible, ce n’est pas acceptable d’avoir vingt premières minutes comme on a eu dernièrement à Marcq. Cet engagement n’est pas suffisant et, dans notre situation, on ne peut pas se permettre d’être uniquement dans la réaction. Cela prouve qu’on a aussi un groupe qui manque de leadership sur le terrain. On travaille pour aider le groupe à aller plus loin dans ce domaine. Cela peut paraître un peu distant de ma part, mais ce sont des choses qu’on travaille, dont on parle au quotidien et qui dépendent maintenant des joueurs.

Il faut aussi s’atteler à essayer de prendre du plaisir dans chaque rencontre, sachant que la majorité des joueurs n’auront pas le loisir de rejouer en National 3 par la suite.

Il faut aussi relativiser les choses, même si on est tous impactés mentalement, en se disant que ça ne reste que du football. Il faut aussi s’atteler à essayer de prendre du plaisir dans chaque rencontre, sachant que la majorité des joueurs n’auront pas le loisir de rejouer en National 3 par la suite. Il faut profiter de chaque instant et pour cela il faut retrouver un niveau qu’on a déjà atteint sur la première partie de saison. Sachant qu’obtenir une qualité de jeu c’est beaucoup de travail et que ça part très vite avec la confiance. On sait que ça tient à pas grand-chose et que ça peut basculer rapidement. Sur les derniers matches, on n’avait vraiment pas les mêmes ambitions de jeu que précédemment. On a sans doute voulu sécuriser un peu plus et ça n’a pas donné plus de résultats. Il faut donc s’engager plus que ça, tout en restant intelligent dans l’engagement. Quand les rencontres sont sous pression et qu’il y a de l’enjeu, c’est aussi à nous de faire preuve de plus de charisme.

Quel regard portez-vous sur cette jeune réserve de l’Amiens SC ?

Déjà lors de ma dernière année au club, je ne portais pas beaucoup de regard sur cette équipe. C’est un groupe que j’ai vu évoluer, il y a forcément des joueurs de qualité, notamment avec du répondant sur le plan offensif. C’est une équipe dans la lignée des réserves professionnelles, avec « de la matière première » de grosse qualité. C’est forcément un adversaire difficile à jouer. C’est a priori un adversaire beaucoup moins à notre portée que d’autres équipes du championnat, sachant qu’on a pris des points ni contre les uns ni contre les autres. Il est clair qu’ils sont plus que favoris et que si la logique est respectée on sera en difficulté. Maintenant, il peut aussi tout se passer et on peut aussi espérer accrocher quelque chose.

Tous propos recueillis par Romain PECHON

AMIENS SC (b) (6e)  – ESC LONGUEAU (14e)

13ème journée de National 3

Samedi 21 janvier, 14h30

Complexe Emile Guégan, terrain synthétique

Arbitre : M. Darcy

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *