Christophe Delmotte (VAFC) : « Peut-être une victoire fondatrice »

Delmotte VAFC
© VAFC - Photo M. Telle

Après un match nul au Havre, Christophe Delmotte a connu des débuts victorieux pour sa première à la tête du VAFC au Hainaut, samedi face à Grenoble (1-0). Au-delà du résultat et de la bouffée d’oxygène que celui-ci apporte au classement, l’entraîneur valenciennois a vraiment apprécié l’état d’esprit de ses troupes et la solidarité qui se dégage de son équipe. Entretien.

Christophe Delmotte, peut-on parler de soulagement après cette victoire, où à onze contre dix vous n’êtes pas parvenus à marquer ce deuxième but libérateur ? 

C’est un soulagement, oui. On a eu les opportunités pour aggraver le score et on ne l’a pas fait. Après, il y avait sans doute ce syndrome de perdre à domicile. C’est une victoire de convalescent mais ce syndrome de défaites à domicile est terminé. Maintenant, il faut avancer et s’appuyer sur cette victoire. Renouer avec le succès, c’est top, c’est une vraie satisfaction. Le groupe le mérite par rapport au travail qui est effectué au quotidien. C’est un vrai soulagement et une récompense de leurs efforts.

On sent que c’est encore fragile, notamment mentalement…

Le fait de ne pas avoir marqué ce deuxième but… Evidemment, on est un peu plus fébriles, puis Grenoble a poussé jusqu’au bout. On n’a pas réussi à tuer ce match et on est toujours à la merci d’un but de l’adversaire. Maintenant, c’est une réelle satisfaction de ne pas avoir pris de but une nouvelle fois. J’insiste sur cette notion de solidarité. Lucas (Chevalier) a eu des arrêts à faire mais souvent des arrêts sur lui. C’est un nouveau clean sheet, il y a des choses sur lesquelles on peut s’appuyer, il y a la solidification de fondations.

Ce succès vous donne un peu d’air au classement…

Comme j’ai pu le dire avant le match, l’idée n’est pas de regarder le classement. L’idée est vraiment de prendre le plus de points possibles. C’est en termes de points qu’il faut réfléchir et après on verra bien où cela nous mène.

Au-delà de l’aspect comptable, que retenez-vous de positif du coup ? 

Notre esprit collectif, de faire les efforts pour le partenaire. On n’a rien lâché. C’est vrai qu’il y a eu une fébrilité évidente sur la fin de match. On est resté solidaire, c’est une vraie satisfaction. Voir les garçons se dépouille, les entrants ont fini le boulot des copains et c’est une réelle satisfaction. Tout le groupe est récompensé : les dix-neuf, même Abou Ouattara qui était le dix-neuvième.

Votre animation offensive semble progressivement monter en puissance…

L’idée était de passer sur les côtés. On avait été performant à ce niveau-là face à Tourcoing même si, évidement, on affrontait une R1. On doit encore être plus performant match après match. Il y a encore du boulot, mais heureusement, en fait. On s’était dit qu’il fallait passer sur les côtés, donner de la largeur à notre jeu. Ilyes Hamache a beaucoup apporté à Mathieu Debuchy sur ce côté droit. Même chose avec Quentin Lecoeuche et Gaëtan Robail qui faisait son retour. Il y a eu beaucoup de solidarité. Sambou Yatabaré avec Baptiste Guillaume. A chaque fois, il y a des binômes et même des trios avec les compensations de Julien Masson et de Mohamed Kaba. Il y a des motifs de satisfaction sur l’investissement de chacun. Cette victoire doit en appeler d’autres. La victoire fondatrice, c’est peut-être celle-là.

Propos recueillis par Arthur LASSERON

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *