Charles Duvauchelle (ESC Longueau) : « On avait envie de les laisser derrière »

Charles Duvauchelle ESC Longueau
Le 11HDF

Double buteur providentiel, franchissant ainsi la barre des dix buts inscrits depuis le début de la saison toutes compétitions confondues, Charles Duvauchelle a été le grand artisan du succès de l’ESC Longueau à Camon (1-2), ce dimanche. Une victoire importante à plus d’un titre selon lui. Entretien.

Charles, quel est votre état d’esprit après cette victoire contre Camon ?

C’était un match que tout le monde attendait, le club, les joueurs. On ne l’a pas abordé comme un derby mais comme un match aussi important que les autres. On a entendu dire que Camon pensait qu’on allait faire que défendre. Pourtant, on était devant eux avant ce match et on avait envie de les laisser derrière nous. Venir gagner ici, avoir six points d’avance sur eux, même si la saison est encore longue, c’est une bonne chose.

A titre personnel, vous avez marqué les deux buts de votre équipe. On imagine la satisfaction…

Je suis là pour marquer comme disent mes coéquipiers. Cela fait toujours plaisir de marquer deux buts dans un match, qui plus est dans un derby – on peut le dire maintenant que le match est terminé, ça fait toujours plaisir quand tu rentres chez toi le dimanche soir.

Même si Camon a eu une balle de 2-1, vous n’avez finalement pas concédé grand-chose…

Franchement, on a une grosse défense. Pourtant, elle est constamment remaniée, avec des blessés, des suspendus. De notre côté, on n’a pas eu beaucoup d’occasions non plus, mais on a su être efficace.

Et cette victoire confirme le très bon début de saison de Longueau jusqu’ici…

On ne peut que regretter le match nul contre Gravelines chez nous. Ce résultat est comme une défaite. Ensuite, on a perdu contre Pays de Cassel, qui ne joue pas du tout au ballon, on s’est fait avoir sur ce match. Là, contre Camon, c’était différent avec une équipe qui joue. Avec quatre victoires, c’est forcément un bon début de saison. Maintenant, il faut enchaîner sur ce mois de janvier qui sera déterminant.

Ne commencez-vous pas à vous prendre au jeu ? 

Le coach parle de maintien, moi je ne parle pas d’objectif. Du côté des joueurs, on veut finir dans les trois premiers. Il n’y a qu’un seul qui monte à la fin d’année, ce n’est pas évident parce qu’il faut de la rigueur, une part de chance, en évitant les blessures. Là, c’est trop court après sept matches pour parler de montée. Fin janvier, on aura quasiment fini la phase aller, on pourra plus facilement en parler.

Certaines équipes n’ont pas peur d’afficher leur ambition. Pourquoi pas vous ? 

Oui, certaines équipes affichent leur ambition. A Camon, Titi, qui est un très bon coach, annonce la montée. N’est-ce pas mettre de la pression aux joueurs ? Franchement, je ne sais pas. De mon coté, je préfère être dans une équipe où on ne parle pas de montée, où on veut simplement gagner chaque match. On verra à la fin de la saison.

Propos recueillis par Romain PECHON

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans cet article ? Contactez la rédaction en précisant le titre de l'article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *