[CDF] Thaon – Amiens SC : les tops et flops

Amiens SC Thaon
©PHOTOPQR/VOSGES MATIN/Philippe Briqueleur

Encore et toujours plombé par son manque de réalisme, l’Amiens SC a vu son aventure en coupe se terminer de manière abrupte sur le terrain de Thaon-les-Vosges (0-0, 4-2 tab), samedi soir. Découvrez nos tops et flops après cette rencontre comptant pour les 1/32es de finale de coupe de France.

Le top

Du temps de jeu pour les jeunes

Comme partout ou presque, l’environnement autour de l’Amiens SC est atteint de « jeunite » aiguë. Sans même les avoir vu jouer une seule fois en équipe réserve ou chez les U19, les supporters rêvent toujours de voir des « pépites » (plus ou moins) formées au club obtenir du temps de jeu en équipe première. Et pour certains d’entre eux, ce fut le cas lors de l’élimination à Thaon-les-Vosges. En l’absence de nombreux joueurs au milieu de terrain (Gélin, Benet, Lachuer), Junior Fofana a ainsi honoré sa première titularisation sous les ordres de Philippe Hinschberger. Le tout pour un bilan plutôt mitigé, même si son coach a plutôt apprécié son match. Un cran plus bas, c’est Siriky Diabaté qui a connu sa grande première chez les seniors. Comme son habituel partenaire en équipe réserve, il a parfois donné le sentiment d’être sur un fil, passant tout proche d’un avertissement à plusieurs reprises. Courageux, il a pris ses responsabilités durant la séance des tirs au but. Malheureusement avec un échec fatal à son équipe à la clé. Le jeune Kassoum Ouattara s’est également « invité à la fête » en entrant pour les dix dernières minutes.

Les flops

Une première période insuffisante 

De l’aveu même de Philippe Hinschberger, « la première période [n’a] presque pas servi à grand-chose, à part souffrir sur les coups de pied arrêtés et manquer de niaque dans les duels. » Pourtant, les Amiénois savaient à quoi s’attendre face à une équipe de Thaon-les-Vosges qui avait déjà donné du fil à retordre à Sochaux au tour précédent sur le terrain bosselé du stade Robert Sayer. Et outre le poteau touché par Rother (9′), les Vosgiens faisaient clairement la meilleure impression au cours d’une première mi-temps rythmée, assez équilibrée mais aussi et surtout marqué par le déchet amiénois dans la moitié de terrain adverse. Hormis le but refusé à juste titre à Tolu Arokodare, coupable d’un ascenseur sur son adversaire, Amiens n’eut pas à grand-chose à se mettre sous la dent pendant les 45 premières minutes.

Une incapacité à profiter de la supériorité numérique

Cela devait être le moment de la bascule de la rencontre. Il n’en a finalement rien été. Coupable d’un tacle à retardement dangereux et non maîtrisé sur Iron Gomis, obligé de quitter prématurément ses coéquipiers, Rother laissait ses partenaires à dix contre onze pour la quasi intégralité de la seconde période. De quoi « bien aidé [les Amiénois] pour avoir un peu plus de place pour jouer« , mais malheureusement pas pour marquer ce petit but synonyme de libération. La faute à des joueurs offensifs qui sont passés à côté de leur sujet, à l’image d’un Tolu Arokodare incapable de profiter de sa dimension athlétique face à une défense pourtant exténuée ou d’un Medhi Bariki maladroit dans le dernier geste. Quant à Josué Chibozo et Hassane Bandé, leur manque de percussion sur les ailes a de quoi faire tâche au regard de l’opposition et du déroulé plutôt favorable de la rencontre.

Un niveau technique abyssal 

Pour espérer se sortir du piège d’un club de National 3 sur un terrain difficile, les Amiénois avaient besoin de faire bien plus dans certains secteurs. Mais le plus frappant fut sur le niveau technique affiché par les Samariens. Certes, comme évoqué juste avant, le terrain n’a pas aidé, le ballon ne rebondissant que très peu et n’avançant pas aussi vite que d’habitude, mais les transmissions amiénoises étaient souvent bien en-deçà d’une formation de Ligue 2. Entre longs ballons vers Tolu qui n’arrivaient tout simplement pas, passes latérales terminant en touche et tentatives vers l’avant allant directement dans les pieds thaonnais, l’Amiens SC a simplement affiché un niveau technique catastrophique dans les Vosges et ne méritait finalement pas beaucoup mieux que l’élimination.

Un turn-over qui n’explique pas tout

Pourtant largement supérieur sur le papier, l’Amiens SC s’est montré incapable de faire céder une valeureuse équipe de l’ES Thaon. Et même si le terrain était tout sauf un atout, que l’atmosphère avait tout d’un potentiel traquenard, le contexte de la rencontre s’est avéré extrêmement favorable avec l’expulsion du capitaine et leader défensif vosgien en tout début de seconde période. Quant à l’importante rotation, reprochée par certains, elle ne peut suffire à justifier cette piteuse élimination. Premièrement, parce que la moitié des titulaires ont eu beaucoup de temps de jeu en Ligue 2 cette saison (Fofana, Leautey, Gomis, Doums, Tolu). Ensuite, parce que seuls Siriky Diabaté et Junior Fofana cochaient la case du jeune joueur inexpérimenté. Pour le reste, ce sont des joueurs professionnels (Ring, Bandé, Charruau) voire internationaux (Assogba) qui constituer le onze de départ de Philippe Hinschberger. Largement suffisant pour aller décrocher la qualification chez une équipe de National 3.

Romain PECHON avec Adrien ROCHER et Benjamin HERMEL

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *