[CDF] Paris FC – VAFC : les tops et flops des Valenciennois

Nassim Innocenti Paris FC VAFC
Loic Baratoux/Icon Sport

À la peine depuis la reprise, le VAFC n’a pas réussi à se donner de l’air en Coupe de France contre le Paris FC. Bien partis, les Nordistes ont craqué en seconde période et un mauvais déclic a eu lieu dans les têtes. Découvrez nos tops et flops valenciennois de cette rencontre des 1/32e de finale de Coupe de France.

Les tops

Une paire performante au milieu

S’il y a bien un point à retenir d’hier soir, c’est ce duo aligné au milieu de terrain du VAFC. En effet, Madou Touré et Mohamed Kaba ont été les deux éclaircies d’une soirée bien terme pour les Valenciennois. Capables de relancer le jeu, ils ont été performants dans les duels, surtout au sol avec les adversaires. De plus, la précision de leurs passes et leur capacité à se projeter vers l’avant et emmener avec eux les attaquants est très prometteuse. Point à souligner : Touré faisait sa troisième apparition seulement avec les professionnels, la première en tant que titulaire. Celui-ci pourrait bénéficier de davantage de temps de jeu à l’avenir.

Les jeunes ont du temps de jeu

Certes, la Coupe de France est l’occasion de faire tourner les effectifs et de donner leur chance à des jeunes. Mais tout le monde ne le fait pas, sauf Nicolas Rabuel. Entre le Paris FC et le VAFC, le onze parisien avait une moyenne d’âge de 27,3 ans, contre 25,1 ans pour le onze nordiste. Le renouvellement a notamment eu lieu sur la ligne défensive, avec Nassim Innocenti (20 ans) et Mattéo Rabuel (22 ans). Si la jeunesse n’est pas gage de performance, loin de là parfois, elle est le symbole d’une volonté de rotation. Le fait de laisser leur chance aux jeunes peut aussi lancer une dynamique de confiance. Même Sofiane Boudraa, âgé de seulement 19 ans, a pu faire son apparition en fin de match. Une expérience à renouveler peut-être ?

Les flops

Des têtes abîmées depuis la reprise

Avec un seul point glané en deux rencontres de Ligue 2 depuis le retour du championnat, le VAFC est en mauvaise posture. Aussi, s’ils imaginaient pouvoir rebondir en Coupe de France, il n’en a rien été. Dès lors, est-ce un problème mental ? Possiblement, à l’image de plusieurs réactions regrettables pendant le match. L’exemple parfait est celui de Jonathan Buatu, coupable d’une faute qui, aux yeux de l’arbitre de touche, valait un penalty. Plus tard dans le match, il sera même sanctionné d’un carton jaune pour une faute d’énervement en fin de rencontre. Dans les prestations individuelles, beaucoup de joueurs ont semblé crispés en seconde période, incapables d’être à leur meilleur niveau. Cette défaite ne va rien arranger.

Hillel Konaté n’est pas Gautier Larsonneur

Depuis le départ de Gautier Larsonneur vers Saint-Étienne, c’est Hillel Konaté qui a pris la relève. Héros contre le Red Star lors du 7e tour de Coupe de France, l’Ivoirien est désormais le nouveau titulaire dans les cages valenciennoises. Le moins que l’on puisse dire, c’est que son intronisation a été plus que complexe, avec trois buts encaissés. S’il plonge du bon côté sur le penalty, il demeure impuissant, et parfois mal placé, sur les deux autres buts parisiens. Ce nouveau statut pourrait être difficile à assumer pour Konaté, mais comme le disait Nicolas Rabuel, « il n’y a pas le choix ».

Trop d’espaces laissés en défense

Si la défense a été plutôt solide en première période, c’est en seconde que tout s’est délité. La faute à qui ? À écouter Landry Nomel, un joueur du Paris FC qui serait venu « traîner » dans la surface et avec les défenseurs du VAFC. En effet, les changements de Thierry Laurey ont fait mal aux hommes de Nicolas Rabuel, notamment l’entrée de Morgan Guilavogui. Entré à la 66e minute, il fait la différence trois minutes plus tard, bien positionné dans la défense et en mesure d’armer sa puissante frappe. Il se fait servir sur une percée à droite, preuve que les espaces n’ont pas été comblés par les défenseurs. Ce but est un des nombreux exemples qui ont mis en danger Valenciennes.

Pavel CLAUZARD

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *