[CDF] Paris FC – VAFC : les notes des Valenciennois

Aymen Boutoutaou Paris FC VAFC
Loic Baratoux/Icon Sport

En guise d’échappatoire au championnat, le VAFC a eu le droit d’affronter le Paris FC en Coupe de France. Alors que la rencontre avait bien démarré, avec un penalty transformé, la suite a été complexe. Des Parisiens plus lucides ont eu raison des Valenciennois en seconde période. Découvrez nos notes des Valenciennois après cette rencontre de 1/32e de finale de Coupe de France.

Les satisfactions

Madou Touré (6) : aussi bien avec la réserve qu’avec l’équipe professionnelle, le milieu de terrain n’a pas l’habitude de jouer. Coupe de France oblige, Nicolas Rabuel a fait tourner son effectif. Néanmoins, c’est une bonne chose au vu de ce qu’a produit le jeune joueur de 20 ans. Il est l’une des éclaircies du soir, avec une capacité à tenter de projeter l’équipe, et ce, même dans la difficulté. Appliqué dans ses passes (90 % réussies), il a été très solide dans ses duels au milieu et a tenté de redynamiser le VAFC quand il en avait besoin. S’il n’est pas le joueur qui a touché le plus de ballons (51), il a sans nul doute été un métronome courageux. Très prometteur.

Mohamed Kaba (6) : associé au jeune Touré, ce titulaire habituel en championnat a formé une belle paire au milieu. Avec 68 ballons touchés, il se situe derrière Jason Berthomier parmi ceux qui l’ont le plus touché. Il a tenté de prendre le leadership de l’équipe, ce qui est son rôle naturel en tant que capitaine, ce qu’il a plutôt réussi. Outre la défaite, Kaba fait partie des éclaircies du soir lui aussi, avec la majorité de ses duels remportés (7/8 réussis). Surtout, il n’a commis aucune faute lors de ses six tacles assénés, ce qui est une bonne chose. Belle prestation.

Les notes

Notes des Valenciennois (PFC - VAFC)
Le 11 HDF

Les déceptions

Aymen Boutoutaou (4) : la rencontre a été on ne peut plus difficile pour le milieu offensif de 21 ans. Avec près d’un tiers des ballons touchés qu’il a perdu (14/42), il n’a pas pu en faire grand chose. Pire : il n’a réussi aucun centre. À noter tout de même que plusieurs de ses passes en profondeur ont été réussies, mais n’ont jamais abouti à rien. C’est entre autres la précision maladroite de ses passes qui ont engendré autant de pertes, et surtout des occasions pour le PFC. Son apport offensif a été moindre. Un match à oublier.

Allan Linguet (4) : le défenseur droit du VAFC a vécu un match cauchemar, surtout en seconde période. Dépassé sur son couloir, il a éprouvé de très grandes difficultés à ressortir le ballon de sa propre défense. Dans les duels, il s’est retrouvé la majorité du temps perdant, comme ses compères sur la ligne défensive. Le peu d’apport offensif qu’il aurait pu avoir, Linguet échoue, que ce soit au centre ou en passe en profondeur. Chaotique.

Jonathan Buatu (4) : malgré lui, le défenseur central de 29 ans est le pire joueur de la rencontre. Il est à l’origine du penalty provoqué par Gory (Paris FC). Certes contestable, mais la faute vient bien de Buatu. En fin de match, ce dernier prendra même un carton jaune empli de frustration. Il faut dire que ces deux événements pénalisent fortement le VAFC, et ce, même s’il a plutôt été appliqué dans ses passes. Lui qui était l’aîné de cette défense remaniée n’a pas su insuffler une dynamique, ni même faire profiter aux jeunes son expérience. À oublier.

Pavel CLAUZARD

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *