[CDF] Nancy – Amiens SC : Les raisons d’y croire

Nancy Amiens SC
Ju, Photographe de Sport

Place à la coupe de France ce samedi après midi. L’Amiens SC se déplace sur la pelouse de Nancy dans l’optique de décrocher son ticket pour les quarts de finale. Après n’avoir affronté que des clubs amateurs, c’est désormais le dernier de Ligue 2 qui se dresse sur le chemin des Picards. La rédaction vous propose ses raisons d’y croire.

Enchaîner un nouveau succès à l’extérieur

Après Anzin, Cambrai et Linas Monthléry, l’Amiens SC va tenter de se qualifier face à Nancy. Avec trois qualifications acquises à l’extérieur, les Amiénois devront se montrer solides et efficace face à l’ASNL au stade Marcel Picot. Philippe Hinschberger et ses joueurs ont la recette de la qualification à l’extérieur et tenteront de rééditer pareille performance cet après midi à Nancy.

Se permettre de rêver

Et si la coupe de France devenait le principal objectif de la saison ? En cas de succès cet après midi face à Nancy, les Amiénois se qualifieraient pour les quarts de finale de la coupe de France. Les supporters ont tous envie de revivre la folle épopée de 2001 qui s’est conclut au stade de France ou encore la belle histoire de 2008 et l’élimination en demi-finale face au PSG. Cela passe par une qualification aujourd’hui.

De la revanche dans l’air

Les Amiénois n’avaient pu mieux faire qu’un match nul à Marcel Picot lors de la confrontation de la phase aller. Réduits à neuf après les expulsions de Tolu et Bamba, les Picards avaient bataillé pour arracher un succès. En vain. Nul doute que les joueurs de Philippe Hinschberger auront à coeur de prendre leur revanche et de qualifier le club pour la suite de la compétition.

Une équipe malade

Vainqueurs de Troyes et Rennes aux deux derniers tours, l’ASNL n’en reste pas moins une équipe malade. Dernier de Ligue 2 avec seulement 15 points et 38 buts encaissés, les Nancéiens luttent pour leur survie dans le monde professionnel. Aux Amiénois de prendre le match par le bon bout et de ne pas laisser filer la qualification.

Valentin ROSE

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.