[CDF] LOSC – Pau : les tops et flops des Lillois

Mohamed Bayo LOSC
Franco Arland/Icon Sport

Sur la lancée de son style de jeu évolutif, le LOSC n’a pas tremblé pour se qualifier en huitièmes. Si certains éléments offensifs ont manqué d’une certaine réussite, d’autres pans du jeu lillois ont rassuré. Découvrez nos tops et flops de cette rencontre des 1/16es de finale de Coupe de France.

Les tops

Des frappes de loin comme solution

Aussi dingue que cela puisse paraître, c’est l’un des enseignements de cette réception de Pau. Face à des blocs bas, quid des frappes lointaines ? Pour éviter de buter sans solutions contre une défense bien compact, les Dogues ont essayé hier de tirer avec un peu plus de distance. Le moins que l’on puisse dire, c’est que ça a fonctionné. Preuve en est avec le second but lillois inscrit par Angel Gomes. En effet, l’Anglais était éloigné des défenseurs et a pris sa chance, « ayant vu un espace » a-t-il confié. Son ballon a fini quasiment en lucarne et a surtout montré que la défense paloise n’était pas infaillible. Après la rencontre, Paulo Fonseca a souligné que « tirer de loin pouvait être une solution face aux blocs bas ». Joueurs comme entraîneur semblent convaincus. Si ce n’est qu’un seul match, cette tactique pourrait être pérenne. À voir contre Nice.

La défense inédite a fonctionné

Contexte de Coupe de France oblige, le technicien portugais a fait tourner quelque peu. Aussi, le retour d’Ismaily n’a pas été bousculé, d’où le fait qu’il n’a pas été titularisé. Ainsi, une charnière centrale inédite, composé de José Fonte, de retour, associé à Alexsandro, a pris place. Cette paire a été infernale pour les attaquants de Pau, qui n’ont quasiment gagné aucun duel contre les deux défenseurs lusophones. Sur les côtés, Timothy Weah était positionné à gauche, quand Bafodé Diakité était à droite. Ils ont fait preuve de solidité et de constance, sans jamais être réellement débordés. Un temps évoqué comme l’avenir de Fonte, Alexsandro prend ses marques et sera intéressant à tester de nouveau pour le LOSC.

Un point d’honneur à la formation

Avec Lucas Chevalier dans les cages, le LOSC met d’ores et déjà son centre de formation à l’honneur. Sans oublier Carlos Baleba au milieu de terrain, aligné aux côtés de Benjamin André. Néanmoins, la scène la plus marquante dans ce domaine a été l’entrée de Mattéo Makhabé à la 89e minute. Remplaçant Jonathan David, le milieu offensif de 19 ans a vécu son baptême du feu avec les ultras lillois déjà acquis à sa cause. Depuis l’arrivée de Paulo Fonseca, les jeunes prennent de plus en plus une place prépondérante dans l’équipe type. Si Alan Virginius n’est pas formé au LOSC, sa jeunesse a également été mise en valeur. Peu de temps après son entrée, l’ancien Sochalien a cru remporter son face à face devant Ndiaye, en vain. Les Dogues ont un avenir radieux si leurs jeunes pensionnaires persistent et signent.

Les flops

Un déficit de réussite offensive

S’il y a un léger point noir à retenir de cette qualification, c’est bien ce manque de réussite de certains joueurs. À l’image de Rémy Cabella ou encore Mohamed Bayo, ils ont eu un cruel déficit dans le dernier geste, qui a empêché de se mettre à l’abri. De nombreuses occasions ont retenu l’attention des observateurs, comme le service de David mal exploité par Bayo. Ce ballon était clairement celui du break définitif et surtout, il ne paraissait pas compliqué à première vue. Dans le même registre, Rémy Cabella a été tout autant en difficulté. Idéalement servi sur plusieurs opportunités, ses frappes étaient souvent trop fortes et donc trop hautes. Cependant, le milieu offensif a bien failli marquer, mais Kouassi a dévié le ballon dans ses propres cages. Ce petit défaut dans le dernier geste sera primordial à corriger pour la Ligue 1.

Pavel CLAUZARD


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *