[CDF] Brest – RC Lens : les tops et flops

Abdul Samed RC Lens
Maxime Le Pihif/Icon Sport

Pourtant très bien lancé par un sublime geste de Saïd, le RC Lens a vite baissé de régime, étant bousculé par des Brestois offensifs, mais s’est finalement assez logiquement qualifié (3-1) pour les huitièmes de finale de la coupe de France.

Les tops

Des Lensois réalistes en première période

En moins de quarante minutes, les Sang et Or sont parvenus à se mettre définitivement à l’abri au score. Un début de rencontre idéal a permis aux Lensois de vite débloquer la situation grâce à la malice de Wesley Saïd, bien inspiré en déviant la frappe de Julien Le Cardinal. Et malgré l’égalisation brestoise un quart d’heure après, Lens a su se remettre directement dans le match. D’abord grâce au coup de tête de Facundo Medina, puis grâce à celui d’Adrien Thomasson, qui en l’espace de sept minutes mettent le RCL définitivement à l’abri.

Une maîtrise globale de la rencontre

Chirurgical en première période, et solide sur les quarante-cinq minutes suivantes, le RC Lens n’a pas laissé de place au doute sur ce déplacement à Brest. Même s’ils ont reculé en deuxième mi-temps, laissant de plus en plus le ballon aux Bretons, les hommes de Franck Haise ont parfaitement géré leur seizième de finale. Jean-Louis Leca, battu en début de rencontre, a par la suite fermé la boutique, réalisant un total de trois arrêts. Une qualification, c’est bien, sans trop se fatiguer, c’est encore mieux.

Les flops

Un léger trou d’air

La rencontre débutait pourtant parfaitement pour Lens, devant dès la huitième minute de jeu grâce au but de Saïd. Mais par la suite, les Nordistes ont commencé à petit à petit lever le pied, laissant Brest revenir dans ce match plutôt que d’enfoncer l’adversaire. Les joueurs d’Eric Roy touchent un peu plus de ballons, et reviennent assez logiquement sur un contre très bien exécuté. Franck Honorat dépose un caviar dans la surface pour Islam Slimani qui conclut sans trembler. Lens mettra quelques minutes à se remettre de ce coup sur la tête, mais la réaction fut à la hauteur de la réponse brestoise.

Deuxième acte pauvre offensivement

Avec deux buts d’avance à la pause, et un retour au championnat moins d’une semaine après ce déplacement en Bretagne, il était plutôt logique et compréhensible de voir les Sang et Or reculer au fil de la rencontre. Pour économiser des forces, et sans besoin réel d’alourdir l’addition, les Lensois se sont contentés de défendre correctement en deuxième période. C’est notamment pour cela que Loïs Openda, entré au retour des vestiaires, n’a pas été vraiment en vue. Pas le moindre tir cadré à se mettre sous la dent, mais quand la qualification est là, tout va.

Arthur Lasseron

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *